Monde

Malaisie : l’ex-Premier ministre Najib condamné à 12 ans de prison pour corruption

L’ancien Premier ministre malaisien Najib Razak salue des partisans alors qu’il sort pendant une pause du procès lors d’un appel contre sa condamnation pour corruption dans le cadre du scandale financier 1MDB, au tribunal fédéral de Putrajaya, le 23 août

© AFP

23 août 2022 à 09:37Temps de lecture1 min
Par Belga

La plus haute juridiction de Malaisie a confirmé mardi la condamnation de l’ancien Premier ministre Najib Razak à 12 ans de prison pour corruption dans le cadre du scandale financier 1MDB aux ramifications planétaires.

"Nous estimons que l’appel est dépourvu de tout fondement. Nous estimons que la condamnation et la peine sont justes", a déclaré le président du tribunal Maimun Tuan Mat.

"Sur la base de ce qui précède, nous estimons à l’unanimité que les preuves présentées lors du procès montrent de manière irréfutable (qu’il est coupable) des sept chefs d’accusation".

Tuan Mat Maimun a estimé que "ce serait une parodie de justice de la plus haute importance si un tribunal raisonnable, confronté à de telles preuves, […] devait conclure que la personne faisant appel n’est pas coupable des sept accusations portées contre lui".

La décision de la Cour fédérale a été rendue après le rejet du tribunal d’une demande de dernière minute des avocats de Najib visant à récuser le président du tribunal, en invoquant sa partialité.

 

Colère des Malaisiens

Najib Razak, âgé de 69 ans, avait été condamné en juillet 2020 à 12 ans de prison et à une amende de 210 millions de ringgits (47 millions d’euros) dans l’affaire 1MDB, une fraude portant sur plusieurs milliards de dollars aux ramifications planétaires.

La sentence avait été confirmée en appel en décembre 2021.

Le 18 août, la plus haute juridiction de Malaisie avait entamé l’examen du pourvoi de Najib Razak, après avoir rejeté à l’unanimité la demande de l’ex-chef du gouvernement d’un nouveau procès.

La colère des Malaisiens contre le pillage du fonds souverain 1Malaysia Development Berhad (1MDB), censé contribuer au développement économique de leur pays, avait joué un grand rôle dans la défaite électorale surprise en 2018 de la coalition menée par M. Najib, qui dirigeait le gouvernement depuis 2009.

L’ancien Premier ministre, qui est toujours député, est libre sous caution et a toujours clamé son innocence.

Sur le même sujet

Législatives en Malaisie : les deux camps revendiquent chacun de former le gouvernement

Monde Asie

Malaisie: dissolution du parlement avant des élections anticipées

Monde

Articles recommandés pour vous