Regions Hainaut

Manage : le bourgmestre s’oppose à la sobriété énergétique dans les écoles

22 sept. 2022 à 16:42Temps de lecture1 min
Par A.Gonzalez et S. Cotsoglou
Dans la classe de madame Virginie on porte des écharpes et des manteaux pour ne pas avoir trop froid

Nous sommes à la fin du mois de septembre, mais Virginie Dupont, enseignante, donne déjà cours à ses élèves avec son écharpe placée autour de son cou. "Il fait très froid ! Les bâtiments de notre école ont des hauts plafonds et sont assez vétustes, ce qui ne permet pas de bien garder la chaleur, donc on a vite froid. On met des couches, des enfants gardent parfois leurs manteaux en classe, donc ce n’est pas évident", témoigne-t-elle.

Après un week-end aux températures basses, la directrice a pris la décision d'augmenter la température des chauffages de son école

À l’instar de la décision prise par les Universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une circulaire de la région wallonne impose aux écoles de régler la température sur 19 degrés maximum. Mais lundi, après un week-end très frais, la directrice, Nathalie De Gregorio a dû augmenter le chauffage. 21 degrés pour permettre la bonne tenue des cours, car 19 degrés ce n’est pas assez. "C’est un peu juste pour nos enfants. Il faut savoir qu’en maternelle il faut changer les enfants et il y a parfois des moments où ils sont assis avec l’enseignante. En primaire, ils sont assis et, donc forcément ils ne bougent pas, donc il faut chauffer plus", ajoute-t-elle.

Des solutions plutôt que des restrictions

Régler le thermomètre de cette école sur 19 degrés, impensable pour le bourgmestre de Manage.
Même si la facture énergétique de sa commune accuse une hausse de 700.000 euros.

Même si la facture énergétique de sa commune accuse une hausse de 700.000 euros, le Bourgmestre de Manage Bruno Pozzoni soutient le geste de la directrice et s’oppose à ce qu’on sanctionne les enfants à cause la crise énergétique. "La problématique c’est le coût de l’énergie et la charge qu’on donnera à tout un chacun. Revenir à un inconfort au niveau du chauffage, c’est un retour en arrière", s’exclame-t-il.

Comment passer l’hiver sans grelotter et sans faire exploser sa facture énergétique ? Une équation difficile à résoudre. À Manage, on attend des solutions pour mieux isoler les bâtiments et surtout donner des moyens aux écoles de le faire.

Sur le même sujet

Patinoire, chauffage, éclairage… Voici le plan de sobriété énergétique de Namur

Regions

Londres chiffre à 69 milliards d'euros pour six mois le coût des aides énergétiques

Prix de l'énergie

Articles recommandés pour vous