RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Manifestation devant l’hôpital de Libramont contre la vaccination obligatoire du personnel soignant

Vaccination obligatoire : Premières actions de protestation

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce lundi matin, une cinquantaine de personnes étaient réunies devant l’hôpital de Libramont pour manifester leur mécontentement contre le projet d’obligation vaccinale du personnel soignant assorti à des sanctions à partir du 1er janvier. Une action de grève lancée par la CSC. Un piquet itinérant sous la bannière "Hier, positifs au covid et au boulot… Aujourd’hui, non vacciné et dehors !" et composé de délégués syndicaux et de personnel soignant de Wallonie et de Bruxelles.

Dans le groupe, une infirmière non vaccinée, qui souhaite rester anonyme nous livre son témoignage. "On était là à la première vague, la deuxième vague, la troisième vague… Et encore aujourd’hui lors de la quatrième vague on est là, on soigne, on accompagne. Les précautions sont là. L’hygiène est là. Les protocoles sont là et respectés qu’on soit vacciné ou pas. Les soins de santé sont malades. Le personnel soignant est à bout de souffle, épuisé, pas entendu. Je me pose beaucoup de questions. Je pense me réorienter. L’obligation vaccinale est la goûte d’eau qui fait déborder le vase".

Manifestation devant l’hôpital de Libramont contre l’obligation vaccinale du personnel soignant.
Manifestation devant l’hôpital de Libramont contre l’obligation vaccinale du personnel soignant. RTBF – Benjamin Carlier

Le directeur général de Vivalia, Yves Bernard était également présent pour discuter avec le personnel soignant. Il comprend la colère du personnel face à une mesure incohérente et stigmatisante. "Le personnel administratif, technique est également en contact régulier avec la patientèle et n’est pas concerné par la mesure, seulement le personnel soignant. Je comprends qu’ils se sentent stigmatisés. Peut-être qu’une mesure mieux acceptée serait de réfléchir plus globalement à tous les niveaux de l’hôpital et même de la population".

Benoît Gaspard, infirmier vacciné au bloc opératoire à Arlon déplore le manque de personnel. "On est déjà en sous-effectif, quand mes collègues non vaccinés ne pourront plus travailler, cette charge de travail supplémentaire nous incombera et au final, c’est le patient qui en souffrira". Un sentiment appuyé par les propos d’Yves Bernard. "Nous sommes en très grande difficulté par manque de personnel. Il suffirait qu’une dizaine d’infirmières complémentaires par site ne puissent plus venir travailler pour mettre en grande difficulté l’activité de nos hôpitaux".

Sur le même sujet

Obligation vaccinale : Ecolo et Groen appellent à un débat au parlement

Belgique

Obligation vaccinale des soignants : la CGSP Admi dépose à son tour un préavis de grève

Articles recommandés pour vous