RTBFPasser au contenu

Droits des femmes

Marche mondiale des femmes : des centaines de Bruxelloises réclament des plans de relance féministes

Des centaines de manifestantes et de manifestants se sont donné rendez-vous devant la gare centrale avant de défiler dans les rues de Bruxelles.

Un peu partout, des femmes se mobilisent en cette journée internationale de lutte pour les droits des femmes du 8 mars. Chez nous, une marche mondiale des femmes s’est déroulée cet après-midi dans les rues de Bruxelles pour exiger un "vrai renforcement du système de protection sociale et une lutte contre l’appauvrissement des femmes".

Le rendez-vous était fixé devant la gare centrale de Bruxelles. Plusieurs centaines de femmes s’y sont vite rassemblées, mais aussi des hommes. Le but des organisatrices était de créer un rassemblement mixte, puisqu’à leurs yeux, les inégalités envers les femmes sont un problème de société au sens large qui doit donc concerner tout le monde.

"Ras le viol", "Brûler le patriarcat", autant de pancartes brandies par les manifestantes.
"Ras le viol", "Brûler le patriarcat", autant de pancartes brandies par les manifestantes. Alisson Delpierre

Beaucoup de droits… Sur le papier

Au sortir de la pandémie et en pleine guerre en Ukraine, les périodes de crises se succèdent et pour l’organisatrice de la marche, ce sont toujours des moments où les femmes perdent des droits.

Pour Marcela de la Peña, des mouvements comme celui d’aujourd’hui ont encore tout leur sens. "Malheureusement, c’est encore nécessaire parce qu’il y a encore beaucoup de droits qui sont sur le papier, mais qui ne sont pas respectés, déplore l’organisatrice de la marche. Et il y a beaucoup de stéréotypes sexistes aussi du côté des institutions. Par exemple vis-à-vis des femmes issues de l’immigration qui subissent tous les jours des discriminations à l’emploi, des discriminations à l’administration. Même si on a tous ces droits, en fait dans la réalité on n’exerce pas tous ces droits".

La plupart des femmes présentes à la manifestation ont des revendications similaires.
La plupart des femmes présentes à la manifestation ont des revendications similaires.

Agressions, inégalités, je connais. C’est mon quotidien

L’organisation souligne que des avancées ont été réalisées, mais que ça ne suffit pas. C’est une des raisons qui ont poussé des centaines de personnes à défiler.

L’une d’elles nous confie : "Moi je suis venue parce que je suis concernée, je suis une femme : tout ce qui est agressions, inégalités, je connais, c’est mon quotidien. Donc je suis là pour faire changer un peu les choses. Les choses avancent doucement. Quand on regarde, il y a quand même un énorme progrès depuis 50 ans, c’est pour ça qu’on se dit que ça vaut la peine de venir, ce n’est pas anodin".

La plupart des femmes du cortège sont là pour des raisons similaires. "Moi je dirais personnellement les inégalités en général : salariales et autres, nous explique une autre manifestante. Et surtout l’insécurité et les agressions : c’est mon quotidien de ne pas me sentir en sécurité dans la ville. Le soir et même en journée, c’est pesant et ça devrait changer, ce n’est pas normal je trouve".

Les hommes étaient plus que bienvenus et présents à la marche mondiale des femmes.
Les hommes étaient plus que bienvenus et présents à la marche mondiale des femmes. Alisson Delpierre

Soutien des hommes

Des hommes aussi se sont joints à la marche mondiale des femmes. L’un d’eux nous confie : "Même au niveau des institutions, dans plein de milieux de la vie, on n’est toujours pas à égalité et ça c’est scandaleux en 2022. Je suis ici pour montrer que les hommes aussi doivent soutenir les combats féministes".

L’objectif de la marche d’aujourd’hui : remettre de la visibilité sur un combat pour lequel il reste encore beaucoup à faire.

Sur le même sujet

09 mars 2022 à 16:00
3 min
08 mars 2022 à 16:10
5 min

Articles recommandés pour vous