Marchienne-au-Pont : une centrale photovoltaïque pour 600 foyers

Le site où seront placés 4450 panneaux photovoltaïques

© SPAQUE

03 sept. 2020 à 15:49 - mise à jour 03 sept. 2020 à 15:49Temps de lecture1 min
Par Hugues Decaluwé

 

 

Une centrale photovoltaïque alimentée par des milliers de panneaux, aux portes de Charleroi : c'est ce que construit pour l'instant la SPAQUE, l'organisme wallon chargé d'assainir les friches industrielles. Ce site, celui des anciennes aciéries Allard, c'est pas moins de 27 hectares pollués qui, pendant 7 ans, ont été assainis par la SPAQUE. Mais un tiers de cet espace reste pollué, c'est une zone de confinement avec dans le sol des déchets non dangereux. Un espace auquel il fallait donc trouver une utilité : "Cet espace de 8 hectares est "confiné", c’est-à-dire qu’on ne peut pas creuser, qu’on ne peut pas faire de fondation, explique Caroline Charlier, porte-parole de la SPAQUE. Donc pour ne pas perdre cette surface, pour pouvoir la rentabiliser, on a décidé de construire cette centrale photovoltaïque d’une puissance de 2000 Kw/H."

2000 kilowatt, c'est la consommation moyenne de 600 ménages wallons et pour les produire, près de 4500 panneaux sont en train d'être placés sur les la partie sud-ouest du vaste site réhabilité.

" L'énergie produite devrait rapidement être injectée sur le réseau, précise Caroline Charlier. La construction de la centrale et le placement des panneaux ont débuté à la mi-août et on espère que le chantier sera terminé fin octobre. Dans la foulée, la centrale devrait être rapidement opérationnelle."

Cette centrale photovoltaïque est la 3e installée par la SPAQUE dans la région. Les 2 autres sont situés sur les sites SAFEA à La Louvière et  NAM de Morlanwelz.

 

Articles recommandés pour vous