Monde Afrique

Maroc : le petit Rayan, bloqué dans un puits durant cinq jours, est décédé

Maroc : le sauvetage du petit Rayan se poursuit

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 févr. 2022 à 14:43 - mise à jour 05 févr. 2022 à 21:04Temps de lecture2 min
Par Belga

Le petit garçon marocain Rayan bloqué au fond d’un puits depuis cinq jours dans le nord du Maroc est mort, a indiqué samedi soir le cabinet royal dans un communiqué. "A la suite du tragique accident qui a coûté la vie à l’enfant Rayan Oram, Sa Majesté le roi Mohammed VI a appelé les parents du défunt, mort après être tombé dans un puits", précise le communiqué en arabe.

L’enfant était tombé accidentellement mardi dans un puits asséché, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen, dans le nord du Maroc.

Depuis, les secours s’affairaient pour essayer de le dégager, progressant centimètres par centimètres dans les dernières heures. Ils ont finalement pu remonter le petit garçon samedi soir.

Opération risquée

Entrés dans une brèche horizontale samedi d’après-midi, les sauveteurs étaient accompagnés par une équipe médicale.

L’opération avançait manuellement "avec une grande prudence pour éviter les vibrations qui peuvent engendrer des éboulements", indiquaient les autorités locales.

A l’entrée du tunnel, un groupe de pompiers se tenait prêt, tandis que d’autres acheminaient du matériel, notamment médical.

Impossible d’affirmer qu’il est vivant avec certitude

Sur des images envoyées par une caméra d’inspection, l’enfant était "apparu allongé sur le côté, de dos" mais il était "impossible d’affirmer qu’il est vivant avec certitude", expliquait samedi matin à l’AFP un chef sauveteur, Abdelhadi Tamrani.

AFP

Le responsable gardait toutefois "de très grands espoirs" de l’extraire vivant du trou.

Les secouristes se sont efforcés de faire parvenir de l’oxygène et de l’eau à travers des tubes et bouteilles descendus jusqu’à Rayan, sans certitude qu’il ait pu les utiliser.

Les gens applaudissent pour encourager les sauveteurs ou entonnent des chants religieux en l’honneur du prophète Mahomet.
Les gens applaudissent pour encourager les sauveteurs ou entonnent des chants religieux en l’honneur du prophète Mahomet. Belgaimage

Des milliers de sympathisants ont accouru ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et campé sur place malgré le froid, dans cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude.

Des barrières métalliques ont été disposées depuis vendredi pour contenir la foule.

A l’approche du dénouement, les badauds scandaient en chœur des "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand). Toute la journée, les gens applaudissaient également pour encourager les sauveteurs ou entonnaient des chants religieux en l’honneur du prophète Mahomet.

Sur le même sujet

Afghanistan: Haidar, le garçonnet de 5 ans coincé depuis mardi dans un puits, est décédé

Monde

Après la mort du petit Rayan, le Maroc s'attaque aux puits clandestins

Monde

Articles recommandés pour vous