Regions Hainaut

Masques de beauté rigolos: des produits tendance, mais pas sans danger

Soline et Zélie sont fan de ces "routines beauté"

© Charlotte Legrand

10 déc. 2021 à 06:59Temps de lecture3 min
Par Charlotte Legrand

Difficile de les manquer au rayon "beauté" des grandes surfaces: les masques font un retour remarqué, sous des formes nouvelles et très ludiques. Saint-Nicolas ou Père Noël en offriront peut-être. Prudence: des produits toxiques se cachent dans la composition de ces articles tendance.

C'est le petit trésor de Zélie et Soline: deux boîtes remplies de masques de beauté. "On en a plein!", confirme la plus jeune des deux sœurs. Ces masques, elles les ont découverts sur internet, grâce à des vidéos de "routines beauté". "Ce que j'aime dans ces masques c'est qu'ils sont rigolo", explique Soline. Les motifs varient de "Cendrillon" aux "Cupcakes", en passant par un crocodile, un chat, un cactus, "La Belle et la Bête"... "Tu mets le masque sur ton visage et puis c'est un peu froid. C'est agréable de sentir le produit sur son visage". "Après, on masse le produit pour le faire bien rentrer", poursuit sa grande soeur. "Il y a des masques hydratants, d'autres purifiants...Celui-ci sent la pêche, celui-là la fraise". 

De toutes les couleurs, avec toutes les odeurs...
De toutes les couleurs, avec toutes les odeurs... © Charlotte Legrand

Les parents des deux filles se posent pas mal de questions, quant à ces masques "fashion". "On se doute que ce n'est pas très bon pour la santé, comme pas mal d'autres produits cosmétiques", confirme le papa, Didier. "On voit qu'il y a beaucoup d'ingrédients, dans la composition..." Dans le doute, les filles n'ont droit qu'à un masque de beauté par semaine. "C'est notre rôle de parent de leur mettre des limites". "Une des influenceuses sur YouTube, elle en a fait 4 le même jour", nous confie Zélie. "Elle est un peu...folle, je trouve!

Pour en avoir le coeur net, nous avons pioché dans leur petit "trésor" et proposé une sélection de masques à Pauline Richez, dermatologue. En voyant la composition de ces masques, directement, elle fronce les sourcils. 

Un exemple de "sheet mask"
Un exemple de "sheet mask" © weekendramblings

"Beaucoup de substances sont irritantes. D'autres peuvent provoquer des allergies de contact. Les dérivés de propylène-glycol, par exemple. Ce sont des conservateurs qui peuvent provoquer des réactions type eczéma, urticaire". Pauline Richez repère des perturbateurs endocriniens. "Cela signifie qu'ils peuvent provoquer une puberté précoce". Plus grave encore, "des produits répertoriés comme cancérogènes: notamment tous les colorants, les polysorbates, etc. Ce sont des agents qui, appliqués fréquemment et de façon prolongée, peuvent avoir des effets cancérogènes". Pour notre spécialiste, ces masques n'ont rien d'anodin. Ils contiennent des produits potentiellement dangereux pour la santé. 

Pauline Richez, dermatologue
Pauline Richez, dermatologue © CHR Saint-Joseph

Doit-on confisquer tous les masques de Soline et Zélie? Pas nécessairement, poursuit la dermatologue. A condition de rester raisonnable. "Maximum une fois semaine, on peut tolérer l'application de ces masques". Mais pas plus! Pour éviter le risque d'allergie et ne pas endommager la "barrière cutanée", ce film protecteur qui ne doit pas être "décapé" . "C'est une barrière aussi contre les agents irritants, les infections puisqu'au sein de cette barrière il y a un "microbiome", des petites bactéries qui nous protègent contre les agents pathogènes. si on lave trop souvent le visage ou les mains et qu'on applique des agents détergents, ce film protecteur disparait et ouvre la voie à des infections, des irritations, des allergies plus fréquentes". 

Y a-t-il un âge en-dessous duquel il ne faut pas utiliser ces masques de beauté? "Je pense que chez des enfants de 8-10 ans, c'est beaucoup trop tôt, beaucoup trop agressif pour leur peau! Ils n'en ont pas besoin. De plus, les vertus de ces masques sont très discutables. Ils contiennent des molécules toxiques: il y a plus de risques que de bénéfices à en tirer". 

Pour Pauline Richez, encourager l'application de ces masques, au travers de vidéos sur les réseaux sociaux, est "inadmissible. On en fait un jeu, finalement, en incitant les enfants à se prendre en photo, à les poster. N'oublions pas que ce sont des produits dangereux pour leur santé". 

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous