Guerre en Ukraine

"Massacre" à Boutcha en Ukraine : Zelensky et l'Occident révoltés, vers de nouvelles sanctions contre Moscou

04 avr. 2022 à 04:10Temps de lecture3 min
Par RTBF INFO avec AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fustigé les troupes russes composées selon lui de "meurtriers, tortionnaires, violeurs, pilleurs" après le massacre de civils mis au jour à Boutcha, près de Kiev, qui devrait entraîner cette semaine de nouvelles sanctions occidentales contre Moscou.

Les images de dizaines de cadavres dans des fosses communes ou jonchant les rues des environs de la capitale ukrainienne ce week-end, à la suite du retrait russe, ont révulsé les Occidentaux, comme le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, parlant d'un "coup de poing à l'estomac".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit dimanche "profondément choqué par les images de civils tués à Boutcha", et le bureau des droits de l'Homme des Nations unis a évoqué de "possibles crimes de guerre".

Le nombre total de morts reste encore incertain. Selon la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova, les corps sans vie de 410 civils ont été retrouvés dans les territoires de la région de Kiev récemment repris aux troupes russes.

L'AFP a vu samedi les cadavres d'au moins 22 personnes portant des vêtements civils dans des rues à Boutcha, tuées d'"une balle dans la nuque", aux dires du maire, Anatoli Fedorouk, à l'AFP.

Nous avons trouvé des gens avec les mains et les jambes ligotées (...) avec des impacts de balles à l'arrière de la tête

Et il y a les fosses communes. Anatoli Fedorouk avait affirmé samedi que "280 personnes" avaient été enterrées "dans des fosses communes" car elles ne pouvaient être inhumées dans les cimetières communaux, tous à portée des tirs russes pendant les combats.

Le porte-parole du président ukrainien, Serguiï Nikiforovil, a pour sa part déclaré à la BBC: "Nous avons trouvé des fosses communes. Nous avons trouvé des gens avec les mains et les jambes ligotées (...) avec des impacts de balles à l'arrière de la tête", et il s'agissait "clairement de civils".

La Russie dément

Dimanche, Moscou a démenti toute exaction de son fait. "Pendant la période au cours de laquelle cette localité était sous le contrôle des forces armées russes, pas un seul résident local n'a souffert d'actions violentes", a déclaré le ministère russe de la Défense, affirmant que les images de cadavres étaient "une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux".

La Russie a même demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour statuer sur les "provocations haineuses" commises selon elle par "des radicaux ukrainiens" à Boutcha.

"Le mal absolu est venu sur notre terre. Des meurtriers, tortionnaires, violeurs, pilleurs, qui se donnent le nom d'armée", a dénoncé dimanche soir le président ukrainien, qui veut "que tous les dirigeants de la Fédération de Russie voient comment leurs ordres sont exécutés. Ce genre d'ordres (...). Et ils ont une responsabilité commune".

Les Occidentaux parlent de "crimes de guerre"

Volodymyr Zelensky, qui a aussi parlé de "génocide", est ensuite apparu à la cérémonie des Grammy Awards via une vidéo enregistrée, où il a demandé le soutien à son pays et lancé: "Qu'est-ce qui est l'exact opposé de la musique ? La silence des villes en ruines et des gens tués".

Les Occidentaux ont dénoncé des "crimes de guerre" ou réclamé une enquête pour établir les faits. Ils veulent désormais adopter de nouvelles mesures contre Moscou, après avoir déjà acté plusieurs trains de sanctions depuis le 24 février et le début de l'invasion russe, ciblant massivement des entreprises, des banques, des hauts responsables, des oligarques, et interdisant l'exportation de biens vers la Russie.

Le président Poutine et ses soutiens en subiront les conséquences

"Plus de sanctions et d'aide de l'UE sont en chemin", a, le premier, tweeté dimanche le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Nous déciderons de nouvelles mesures entre Alliés dans les prochains jours", a avancé de son côté le chancelier allemand Olaf Scholz, assurant que "le président Poutine et ses soutiens en subiront les conséquences".

Quelles sanctions ? Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a cadré ses attentes dans un tweet: "J'exige de nouvelles sanctions dévastatrices du G7 MAINTENANT: embargo sur le pétrole, le gaz et le charbon, fermer tous les ports aux navires et marchandises russes, déconnecter toutes les banques russes de SWIFT".

Sur le même sujet : JT du 03/04/2022

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : violations "vertigineuses" des droits humains en Ukraine, dénonce le Conseil de l'Europe

Guerre en Ukraine

De Guernica à Boutcha, la liste interminable des crimes de guerre avec les civils pour victimes

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous