Festival M3 BW

Maureen Dor et l’Ensemble Kheops jouent aux apprentis sorciers

© © Tous droits réservés

Tout le monde connaît l’histoire de ce jeune apprenti sorcier fainéant qui décide d’ensorceler un balai afin qu’il fasse à sa place les corvées de nettoyage, balais dont il perdra très rapidement le contrôle. Popularisé par Walt Disney, le poème symphonique de Paul Dukas sera au centre du spectacle "famille" du Festival Musiq3 brabant wallon qui se déroulera ce dimanche 11 octobre avec sur scène l’Ensemble Kheops et Maureen Dor.

Si l’on vous dit Apprenti sorcier, vous répondez Paul Dukas ou Mickey ? Il est vrai que ce poème symphonique doit une grande partie de sa notoriété à la petite souris de Walt Disney, qui a repris l’œuvre dans son long-métrage Fantasia.

Composé en 1897, le poème symphonique L’apprenti sorcier est directement inspiré du poème éponyme que Goethe écrivit un siècle plus tôt, en 1797. L’histoire de ce poème, nous la connaissons tous : un jeune apprenti sorcier, un brin fainéant, décide d’ensorceler un balai afin que ce dernier exécute la tâche que son maître lui avait assignée : remplir des seaux d’eau et aller les verser dans une bassine, située à l’autre extrémité de l’atelier. Perdant rapidement le contrôle du balai, l’apprenti tente de le stopper en le découpant à la hache. Mais telles têtes de l’Hydre de Lerne, le balai se redresse à côté d’un second balais et tous deux continuent à transporter l’eau dans une bassine déjà remplie et menacent d’inonder la maison.

Le génie musical de Paul Dukas est de réussir à nous faire vivre l’histoire de l’intérieur : pas besoin d’images pour se faire un film en musique, puisque chaque personnage de l’histoire, le balai, l’eau, les sortilèges et bien entendu, l’apprenti, sont personnifiés par un thème musical. Ce n’est pas étonnant que le conteur Walt Disney se soit intéressé à cette œuvre.

En effet, en 1940, Walt Disney reprend le poème symphonique de Dukas pour en faire l’œuvre centrale de son long-métrage, consacré à la musique classique : Fantasia. Et sous les traits de l’apprenti sorcier, on retrouve Mickey, tout de rouge vêtu, arborant le fameux chapeau bleu étoilé du magicien qu’il a emprunté. Cet extrait du film de Disney, qui met en scène son personnage le plus emblématique, a fortement contribué à la popularité de l’œuvre de Dukas, notamment auprès du jeune public, même si le film n’eut pas un grand succès à l’époque.

Et pendant le confinement, les membres de l’Orchestre Philharmonique Royal de liège et leur chef Gergely Madaras ont repris, chaque chez soi, le fameux poème symphonique – dans une "transcription pour orchestre confiné" concocté par Gwennaël Grisi, certains n’hésitant pas à ajouter à leur vidéo une pointe d’humour. Un autre sorcier célèbre s’est même invité dans la prestation.

Loading...

Ce dimanche 11 octobre, petits et grands pourront (re)découvrir cette œuvre grâce un concert ludique avec les musiciens de l’ensemble Kheops qui invitent parents et enfants à inverser les rôles : les parents devenant apprentis et les enfants se transformant en sorciers, le temps d’un jeu animé par Maureen Dor.

Achetez vos places pour le concert de l’apprenti sorcier.

Sur le même sujet

Fantasia de Walt Disney, quand la musique classique prend vie

Journal du classique

Disney met en garde contre les formes de racisme présentes dans certains classiques d’animation

Dans l'air du temps

Articles recommandés pour vous