Mégafusion Time Warner et AT&T: les dessous d'une acquisition entre géants

Mégafusion Time Warner et AT&T: les dessous d'une acquisition entre géants

© © Tous droits réservés

24 oct. 2016 à 09:17 - mise à jour 24 oct. 2016 à 09:18Temps de lecture2 min
Par RTBF

Mégafusion aux Etats-Unis avec le rachat de Time Warner (HBO, CNN, les studios Warner...) par un opérateur télécoms presque pur jus (AT&T). Quel est le sens stratégique de cette acquisition?

C'est l'info économique du week-end, l’opérateur télécoms américain AT&T va racheter le groupe de médias Time Warner, c'est la plus grosse opération de fusion acquisition cette année.

Et AT&T va débourser plus de 85 milliards de dollars en cash et en actions pour racheter Time Warner et, avec elles, des chaînes de télévision connues dans le monde entier : la chaîne d’info en continu CNN ou encore la chaîne de télévision payante HBO qui produit et diffuse des séries à grand succès comme celle-ci dont raffolent les ados.

Time Warner, c’est Game of Thrones, mais c’est aussi et peut-être surtout les studios de cinéma Warner, et là, des dizaines, des centaines de succès planétaires, comme Batman, Matrix, Harry Potter. Ou encore Bodyguard en 1992 avec Kevin Costner et bien sûr Whitney Houston.

A côté de ces deux activités, télévision et cinéma, Time Warner édite également une série de magazines, comme Time Magazine, Fortune ou Sport Illustrated.

Pourquoi donc un opérateur télécoms comme AT&T rachète-t-il ce groupe ?

Le premier élément, c’est la quasi saturation de la téléphonie mobile aux Etats-Unis. Ce marché a longtemps servi de moteur à la croissance organique d’AT&T, mais ce n’est plus le cas aujourd'hui et, en plus, la croissance par acquisition est quasi impossible, le secteur des télécoms étant déjà très concentré aux Etats-Unis. 

Mais est-ce que d’un point de vue stratégique, cette opération a du sens ?

Pour simplifier à l’extrême, un opérateur télécoms vend des capacités de transmission. Un groupe médias vend des contenus. Associer les deux, la fameuse convergence, oui, ça a du sens. Et d’ailleurs, ce n’est pas la première opération d’AT&T dans le domaine puisqu’en 2015, il avait racheté le spécialiste de la télévision par satellite DirecTV, 26 millions d’abonnés aux Etats-Unis et, aussi, les droits de la NFL, la ligue de football américain.

Y a-t-il des réactions aux Etats-Unis à l’annonce de cette opération ?

Oui, et en particulier celle du candidat républicain à la présidence, Donald Trump, à l’occasion d’un discours samedi à Gettysburg.

"Une opération que mon administration n’approuvera pas parce qu’elle implique une trop grande concentration de pouvoirs entre les mains de trop peu de personnes", a expliqué le candidat républicain.

Encore faut-il que Donald Trump soit élu, ce qui ne semble pas évident au vu des derniers sondages. Mais, de toutes façons, la fusion entre AT&T et Time Warner va être examinée à la loupe par le régulateur américain. Par les marchés financiers aussi d'ailleurs, vu qu'au terme de l'opération, AT&T/Time Warner aura une dette de 150 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires annuel de 175 milliards.