Des belges bien barrés

Melville : Le tentaculaire univers de Romain Renard, un Belge assurément bien barré

Un auteur de BD qui se lance dans une œuvre qui verra se croiser roman, jeu de plateau, concert, série, dessin animé, voir plus, a certainement gagné son ticket d’admission dans le très select cercle des Belges Bien Barrés.

C’est le cas de Romain Renard, dessinateur/ scénariste/ musicien/ chanteur multi plateformes, qui, il y a près de dix ans, jetait les bases d’un univers qui allait, petit à petit, lui bouffer tout son temps, son énergie et, qui sait, une partie de sa santé mentale.

Melville, projet devenu tentaculaire, est le nom d’une petite bourgade du Nord américain, qui, à l’instar de sa cousine Twin-Peaks, va vivre des heures étranges, mystérieuses, violentes et romanesques. C’est ce territoire géographique (la petite ville et ses alentours) qui constitue l’aire de jeu de Romain Renard pour déployer une gigantesque horlogerie dramatique.

Entamé en 2013, Melville trouve ce mois une sorte de point. D’exclamation?  Certes, tant la qualité de l’ouvre et son ampleur, laissent le lecteur sur son séant. Final ?  Pas certain, car même si Romain Renard finalise des histoires, scelle des destins, et ferme de portes, rien ne dit que ce n’est pas pour mieux ouvrir des fenêtres sur un pan inexploré de son terrain de jeu favori.

© Tous droits réservés

Deux livres sortent pour fêter cette décennie d’obession graphique et textuelle. Un roman graphique "classique ", qui clôt une trilogie, lisible dans le sens qu’on veut. Et Un autre, recueil de chroniques savoureuses pour qui aimerait errer encore dans les ruelles, les jardins et la trop sombres forêt qui jouxte cette ville entêtante.

Pour mieux comprendre l’ampleur du projet, et la complexité de l’auteur qui se cache (assez mal) derrière, quoi de mieux que de pousser la porte de chez Romain renard, de fouiller dans ses disques, sa bibliothèque, pour évoquer l’adolescence, les difficultés de " pécho ", l’importance du père et de ses absences, la découverte du cinéma de genre, les copains pas très glam, les jeux de rôles, le dessin et l’appel de l’aventure.

 

Melville, une série de romans graphiques parus aux éditions du Lombard

Articles recommandés pour vous