RTBFPasser au contenu
Rechercher

Santé physique

Même à 50 ans, adopter un mode de vie plus sain pourrait réduire le risque d'AVC chez les femmes

Même à 50 ans, adopter un mode de vie plus sain pourrait réduire le risque d'AVC.
16 avr. 2020 à 05:00Temps de lecture2 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Une étude internationale montre qu'il n'est jamais trop tard pour adopter des habitudes plus saines. Même entre 45 et 60 ans, les femmes qui opteraient pour un meilleur mode de vie pourraient réduire significativement leur risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Cette nouvelle étude a pris en compte des données émanant de la "Nurses' Health Study", une des études les plus vastes menée sur les facteurs de risques des maladies chroniques chez les femmes.

Les scientifiques ont eu accès aux données médicales concernant 59.727 femmes avec des informations concernant leur consommation de tabac, l'exercice physique, leur alimentation et leur indice de masse corporelle (IMC). Les participantes affichaient un âge moyen de 52 ans et ont été suivies pendant 26 ans en moyenne.

Sport, tabac et alimentation

Leurs résultats ont montré qu'au cours du suivi médical, 4,7% des femmes qui n'avaient pas opéré de changement de mode de vie enregistraient un risque d'attaque de n'importe quel type. 2,4% subissaient un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique et 0,7% un AVC hémorragique.

Les chercheurs ont cependant estimé que si les femmes changeaient trois habitudes quotidiennes non alimentaires (arrêter la cigarette, faire du sport pendant 30 minutes par jour et perdre du poids si elles étaient en surpoids), elles pouvaient réduire leur risque total d'AVC de 25% et d'AVC ischémique de 36%.

Ils ont estimé que les changements alimentaires réduisaient le risque total d'AVC de 23%. Augmenter la consommation de poisson et de noix et réduire celle de viande rouge permettrait aussi de réduire le risque d'AVC, mais de façon plus réduite.

"Les femmes qui avaient fait des modifications de leur quotidien vers 50 ans réduisaient leur risque sur le long terme d'attaque de près d'un quart et celui d'attaque ischémique, le type d'AVC le plus fréquent, de plus d'un tiers."

Bien que les chercheurs aient noté que cette étude se fondait sur l'observation et ainsi ne pouvait pas établir de lien de cause à effet, le professeur Danaei a précisé que "d'autres études étayaient le fait que les changements de proportions de risques d'attaque du fait de modifications alimentaires et de mode de vie pouvaient être généralisés pour les hommes. Nous estimons aussi qu'avoir une activité physique d'au moins 30 minutes par jour réduirait le risque d'attaque de 20%."

Sur le même sujet

Santé cardiaque : les femmes sont plus conscientes des risques mais le suivi médical reste à améliorer

Santé physique

Cette nouvelle balance peut prévenir des risques d'AVC, d'infarctus et même de diabète

Santé physique

Articles recommandés pour vous