Santé physique

Menstruation : les pères (eux aussi) en quête d'informations pour lever les derniers tabous

Menstruation : les pères (eux aussi) en quête d'informations pour lever les derniers tabous.

© golero

20 sept. 2022 à 12:30Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Contrairement aux idées reçues, les règles ne sont plus l'apanage des femmes. Si les hommes ne sont pas directement concernés, ils s'y intéressent désormais de plus en plus pour en parler avec leur(s) fille(s), surtout lorsqu'ils les élèvent en solo.

Et c'est loin d'être aisé alors qu'eux-mêmes ne se sentent pas assez informés et ressentent un certain malaise au moment de rentrer dans le vif du sujet. C'est ce que révèle une nouvelle étude menée dans plusieurs pays à travers le monde.

A qui parler de ses règles pour la première fois ?

Certains citeront spontanément les mères, a priori les mieux informées et les plus impliquées. Mais c'est sans compter sur l'évolution des structures familiales, les divorces et séparations s'étant banalisés au cours des dernières décennies, couplée à la levée des tabous entourant les menstruations. Résultat, les pères s'en mêlent et demandent à être instruits pour pouvoir faire le tour de la question avec leur progéniture.

Un sondage mené par Intimina* auprès de pères célibataires révèle un réel besoin de combler certaines lacunes sur le sujet pour être plus à l'aise avec les changements corporels et hormonaux touchant leur(s) adolescente(s).

75% des pères célibataires ont déjà abordé le sujet

Réalisée au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en France, en Italie et en Espagne, l'étude nous apprend que huit pères sur dix estiment que les menstruations sont une "histoire de femmes" et qu'il appartient donc aux mères d'assurer la transmission avec leur(s) fille(s). Les clichés persistent donc malgré la levée de nombreux tabous autour du sujet…

Mais plus de quatre sondés sur dix (44%) assurent malgré tout qu'il s'agit d'une conversation qui doit se tenir avec les deux parents.

Notons qu'un quart d'entre eux pensent que c'est au médecin de délivrer ces informations, 19% aux enseignants et 13% vont jusqu'à considérer que c'est aux jeunes filles elles-mêmes de faire en sorte d'obtenir tous les conseils nécessaires.

Près des trois quarts des pères interrogés (72%) estiment toutefois qu'il est normal de s'instruire sur les menstruations et 70% affirment en connaître assez sur le cycle menstruel pour pouvoir aborder le sujet avec leur(s) fille(s) si nécessaire. En France, ce sont même les trois quarts des papas sondés qui déclarent avoir déjà parlé du cycle menstruel contre 25% qui n'ont jamais abordé le sujet.

Entre gêne et peur de ne pas être à la hauteur

Une bonne chose, en l'occurrence, même si certains demandent à être davantage renseignés sur la question, ne serait-ce que pour être un peu plus à l'aise

Parmi les pères qui ne se sentent pas à l'aise avec l'idée de parler des règles avec leur progéniture (14%), 53% trouvent cela "bizarre" contre 39% qui estiment que c'est un sujet délicat et 34% qui ont tout simplement peur de ne pas pouvoir répondre aux questions de leur(s) adolescente(s). Notons qu'un cinquième (21%) affirme même ne pas s'en sentir capable.

En quête d'informations, les pères se tournent avant tout vers d'autres femmes de la famille, surtout aux Etats-Unis (64%) et au Royaume-Uni (61%), pour en obtenir, contre 34% qui privilégient les contenus à caractère pédagogique, 31% les amis et 27% les livres éducatifs.

La plupart veulent en savoir plus...

Dans tous les cas, plus de la moitié des sondés (58%) déclarent vouloir en savoir plus sur le sujet. Une implication qui montre que malgré la persistance de certains clichés, les mentalités évoluent doucement mais sûrement.

Preuve supplémentaire, les pères se portent désormais volontaires pour acheter des protections menstruelles pour leur(s) fille(s), que ce soit des serviettes hygiéniques (60%), des tampons (30%) ou des culottes menstruelles (22%). Une attitude qui tend à démontrer qu'ils ne sont pas si mal informés sur le sujet.

*Ce sondage a été réalisé en juillet 2022 par Censuswide auprès de 1.258 pères de filles âgées de 10 à 15 ans vivant au Royaume-Uni, aux États-Unis, en France, en Italie et en Espagne.

Sur le même sujet

43,5% des femmes ont mal vécu leurs premières règles : "Sang rougir", une campagne pour briser les tabous autour de la menstruation

Belgique

Culotte de règles : comment la laver et l'entretenir ?

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous