RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Menu de Noël : est-il plus intéressant de faire ses courses à l’étranger ?

Noël: le match des courses

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 déc. 2021 à 09:14 - mise à jour 17 déc. 2021 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Cathline Delvaux

Les Belges dépensent environ 650 millions d’euros chaque année en aliments et en boissons de l’autre côté de la frontière. Les fêtes de fin d’année approchent. Certains auront peut-être l’envie de faire leurs courses chez nos voisins. Comme en France ou aux Pays-Bas. Mais les prix des produits de fête valent-ils vraiment le déplacement ?

Comparaison chez Lidl chez nous, en France et aux Pays-Bas

Corby, U. K, 19 mars 2019 – longue rangée de chariots LIDL Shop, à l’extérieur d’un grand supermarché.
Corby, U. K, 19 mars 2019 – longue rangée de chariots LIDL Shop, à l’extérieur d’un grand supermarché. Getty Images

Pour le savoir, nous avons comparé les prix d’un supermarché commun à trois pays. Lidl en Belgique, en France et aux Pays-Bas. Sur base d’achats en magasin et de catalogues, nous avons constitué un panier de produits alimentaires de fêtes. Champagne, poissons, fromage ou encore desserts. Des produits exactement identiques et hors promotion.

Quelques euros de différence

Menu de Noël
Menu de Noël Getty Images

Nous avons sélectionné quelques produits qui pourraient figurer sur nos tables de fin d’année. Pour un champagne, vous débourserez 12,49€ en France, contre 13,99€ de l’autre côté de la frontière. Soit 1,50€ de plus. Rayon poissonnerie, le homard cuit et congelé de 350g sera plus cher aux Pays-Bas. Le prix belge s’aligne sur celui de la France. Pour un carpaccio de saumon, ce sera l’inverse. 3,99€ en France, contre 2,99€ chez nous. Côté dessert, les Pays-Bas sont les grands gagnants. Ils affichent les prix les plus bas.

Cet écart de prix entre la Belgique, la France et les Pays-Bas correspond à différents facteurs. Premièrement, le prix d’achat chez les fournisseurs. Les taxes et les accises appliquées dans chaque pays influent également. Notamment pour les alcools et les spiritueux. D’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte comme les coûts opérationnels, coûts fixes et charges patronales. Enfin, un dernier élément, et certainement le plus important, reste la concurrence entre les enseignes. Le poids des magasins en Belgique est plus faible qu’en France.

Des écarts moins importants sur les marques propres de l’enseigne

De manière générale, les écarts sont beaucoup moins importants sur les marques propres des enseignes. C’est le cas des produits de fête. La gamme est également adaptée au pays et aux goûts des consommateurs. Les distributeurs se tournent davantage vers des producteurs locaux en cette période.

Finalement, nous avons déboursé 52,93€ en Belgique, 50,99€ aux Pays-Bas et 50,93€ en France. Pour notre panier, la France reste le moins cher avec une différence d’environ de 2€ sur le ticket de caisse par rapport à chez nous.

Avec la crise du Covid-19, selon la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia), le nombre d’achats de produits alimentaires aux frontières a diminué de 30% sur l’ensemble de l’année 2020.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

D’où viennent ces fameuses boules accrochées à nos sapins de Noël ?

La vente de tabac a fortement chuté dans les zones frontalières

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous