RTBFPasser au contenu
Rechercher

Bundesliga - Football

Mercato : Coman prolonge au Bayern jusqu'en 2027 avec un contrat XXL

12 janv. 2022 à 14:33Temps de lecture2 min
Par AFP

En marquant le but victorieux en finale de Ligue des champions 2020 contre le PSG, Kingsley Coman est entré dans la légende du Bayern: il vient de prolonger son contrat avec le "Rekordmeister" jusqu'en 2027 avec, selon des médias, une substantielle augmentation de salaire.

Arrivé à Munich en 2015, à l'âge de 19 ans, l'international français était lié au club jusqu'en 2023 par son contrat actuel. Il a donc accepté de rempiler pour les cinq prochaines saisons: il aura alors soufflé ses 31 bougies.

Le joueur formé au Paris SG aurait obtenu 17 millions d'euros par an, selon des informations de presse, soit quasiment le double de ce qu'il gagne actuellement.

En décembre, il avait mis la pression sur ses dirigeants en laissant entendre qu'il pourrait partir. Son entraîneur Julian Nagelsmann l'avait alors décrit comme "l'un des meilleurs ailiers du monde", et formulé le voeu de "travailler avec lui encore de très, très nombreuses années".

"Les équipes du monde entier recherchent des joueurs avec les capacités de Kingsley Coman", s'est félicité mercredi le patron du Bayern Oliver Kahn, après l'officialisation du nouveau contrat, "lorsqu'il a le ballon, nos fans ont du plaisir. C'est pour de tels joueurs que les gens viennent au stade".

Loading...

"Regagner la Ligue des champions"

Coman, de son côté, a affiché ses ambitions: "Mes meilleures années de footballeur sont encore devant moi et je suis heureux de les passer au FC Bayern", a-t-il dit, cité par le club, "mon but suprême est de gagner de nouveau la Ligue des champions, et cette fois s'il vous plaît en présence de nos supporters".

En 2020, le début de la pandémie de Covid avait obligé à jouer les phases finales de la Ligue des champions à huis clos.

Feu-follet apte à dynamiter les défenses par ses dribbles, l'ailier Français (qui évolue indifféremment à gauche ou à droite) a pour lui une capacité étonnante à élever son niveau lors des grands rendez-vous: depuis ses débuts, son ratio buts/matches a toujours été nettement meilleur en Ligue des champions qu'en championnat.

En Bundesliga, il a marqué depuis 2015 en moyenne un but toutes les 320 minutes (28 buts pour 148 matches), alors que sa fréquence en Ligue des champions est d'un but toutes les 196 minutes (12 buts en 40 matches).

Au point d'ailleurs que son entraîneur Hansi Flick, en 2020, lui avait reproché ce décalage, au lendemain d'une prestation XXL en Ligue des champions contre l'Atlético Madrid (deux buts, une passe décisive).

"Il faut le faire aussi en Bundesliga, on doit attendre cela d'un joueur de sa qualité dans toutes les compétitions", avait grondé le coach, "c'est là qu'est placée la barre, c'est à cela qu'il sera mesuré lors des prochains matches", avait ajouté celui qui est devenu depuis le sélectionneur de l'Allemagne.

Porte-bonheur

Le message était passé, et si Coman ne marque pas tellement plus de buts en championnat, son attitude a changé. Plus agressif, plus accrocheur, plus impliqué dans la défense. A l'image d'un Franck Ribéry ou d'un Arjen Robben auxquels il a succédé.

Son point faible? Un physique fragile. Arrêté par plusieurs blessures graves en 2017, 2018 et encore 2019, il a notamment manqué le Mondial-2018 avec les Bleus, qui ont conquis le titre sans lui.

Pour les superstitieux, Coman est pourtant un incroyable porte-bonheur: depuis ses premiers pas dans le football professionnel à l'âge de 16 ans, toutes les équipes où il a joué ont systématiquement remporté le championnat de leur pays.

De sorte qu'à 25 ans, il affiche à son palmarès neuf titres de champion: six avec le Bayern, deux avec le Paris SG et un avec la Juventus. Même si, pour son premier titre avec Paris et son scudetto avec la Juve, il n'avait joué qu'un seul match dans la saison.

Articles recommandés pour vous