RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Mercato d'hiver pour le personnel médical: Jolimont et le GHdC recrutent avec l'aide de leurs collaborateurs

02 févr. 2022 à 17:54Temps de lecture3 min
Par Isabelle Palmitessa

Le Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) recrute. Une centaine de collaborateurs sont recherchés, plus de la moitié pour les soins infirmiers. 

Le Groupe Jolimont recrute lui aussi. 120 collaborateurs à répartir dans ses 6 implantations (Jolimont, Mons, Warquignies, Lobbes, Nivelles et Tubize). Là aussi, la majorité des profils recherchés sont des infirmier.e.s spécialisé.e.s.

Pourquoi ce besoin de renforcer les équipes? Le covid est passé par là et a poussé vers d'autres horizons de nombreux soignants mais ce n'est pas la seule raison. La pénurie de personnel est liée à d'autres facteurs. Marie-Cécile Buzin, directrice du département infirmier et soins du GHdC explique que les besoins étaient déjà là avant la crise sanitaire: "la pénurie a été aggravée par le fait que les études d'infirmiers/infirmières sont passées à quatre années, on a donc passé une année sans pouvoir recruter de jeunes diplômés. Et la crise n'a fait qu'augmenter la pénurie. Sans parler des infirmiers/infirmières qui quittent la profession pour change de métier ou pour se diriger vers les soins à domicile et vers l'enseignement".

Vidéo de promotion pour le recrutement au sein du Groupe Jolimont
Vidéo de promotion pour le recrutement au sein du Groupe Jolimont Youtube

Une campagne de recrutement qui donne la parole au personnel actuel

Pour attirer les candidats, les directions de GHdC et de Jolimont mises sur les mêmes armes: leurs collaborateurs.

A Charleroi, cela passe par une campagne photo qui met en avant Isabelle l'infirmière, Morgane la sage-femme, Elodie, l'assistante en pharmacie. Le Groupe Jolimont lui a carrément réalisé une série de capsules vidéos publiées sur Youtube. Tiffany, Heidi, Nicolas, François et Manon y raconte leur métier et invite les candidats à les rejoindre au sein de ce groupe hospitalier où ils s'épanouissent. Utilise le personnel comme porte-parole du recruteur, c'est une technique devenue courante. Elle est utilisée depuis longtemps, par exemple par la STIB ou à la SNCB. Dans le monde hospitalier, c'est une façon de mettre en avant ce qui peut faire la différence d'un hôpital à l'autre. 

La pénurie de personnel infirmier transforme ces campagnes de recrutement en véritable mercato. le terme est cependant mal choisi puisqu'en matière de salaires, les grilles barémiques sont les mêmes partout. Les différences vont donc se jouer au niveau des avantages extra-légaux: chèques-repas, services, indemnités de déplacement. Autre atout joué: les projets de développement. le GHdC rappelle son projet de création d'un tout nouvel hôpital ultra moderne sur le site des Viviers à Gilly, il est annoncé pour 2024. Jolimont, de son côté, met en avant ses projets d'agrandissement d'ici 2030.

Ces grandes campagnes de séduction suffiront-elles à séduire le personnel nécessaire? C'est à souhaiter pour les hôpitaux concernés mais aussi pour les patients. "Actuellement, nos équipes sont moins staffées qu'elles ne devraient l'être. Bien sûr, nous  maintenons la permanence infirmière partout. Nous avons cette chance de pouvoir maintenir 10 infirmières par unité, mais cela veut dire deux le matin, deux l'après-midi et une seule la nuit. Ce qui n'est pas suffisant si nous voulons continuer à donner des soins de qualité" explique Marie-Cécile Buchin du GHdC.

Pas uniquement du personnel de soin

Notons qu'un grand nombre d'offres d'emploi publiées par les deux hôpitaux concernent des fonctions techniques, administratives et logistiques. De quoi intéresser des profils qui n'ont rien à voir avec le secteur hospitalier.

Un hôpital a en effet besoin d'informaticiens, de logisticiens, de personnel d'entretien...  pour ne citer que ceux-là.

Le secteur hospitalier reste un des principaux pourvoyeurs d'emploi en Hainaut. Le Grand Hôpital de Charleroi est le plus grand employeur privé de la ville avec ses 4000 collaborateurs et 500 médecins. Le groupe Jolimont compte actuellement 5500 collaborateurs et médecins pour l'ensemble de ses hôpitaux, maisons de repos et crêches.

Sur le même sujet

Une IRM à l’hôpital de Nivelles, un gros investissement pour améliorer la prise en charge des patients

Régions Brabant wallon

Et si tous les Belges étaient vaccinés, ça donnerait quoi dans les hôpitaux?

Belgique

Articles recommandés pour vous