RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Mesures d'aides aux entreprises : "Dans cette crise, on ne peut laisser personne au bord de la route", affirme Georges Gilkinet (Ecolo)

Mesures d'aides aux entreprises : "Dans cette crise, on ne peut laisser personne au bord de la route", affirme Georges Gilkinet (Ecolo)
06 nov. 2020 à 09:41Temps de lecture2 min
Par Marc Sirlereau

Ne pas laisser les citoyens au bord de la route, c’est pour Georges Gilkinet qui était l’invité de Matin Première, l’objectif des mesures, une quarantaine, que le gouvernement De Croo compte prendre ce vendredi après une réunion du kern. Avec des confirmations et des améliorations pour celles qui avaient déjà été décidées en mars et en avril dernier comme le chômage temporaire ou le droit-passerelle pour les indépendants.

Mais pour Georges Gilkinet, le gouvernement doit aussi apporter une attention encore plus marquée aux plus vulnérables. Et d’évoquer la précarité énergétique, l’accessibilité aux réseaux sociaux et à internet et l’aide à apporter dans la lutte contre les violences intra-familiales. Sans oublier, des mesures de revalorisation pour le secteur des soins de santé.

Pour le ministre de la Mobilité : "Nous sommes tous fatigués de ce qui se passe avec la pandémie de Covid. On vît quelque chose d’extraordinaire qui est l’équivalent d’une guerre. Notre responsabilité de politiques est de compenser ce contexte par la prise de mesures sur le plan économique, social et de santé mentale".

Taxe sur les comptes-titres de plus d’un million d’euros déjà contournée ?

C’est en tout cas ce qui est déjà évoqué. Pour Georges Gilkinet, c’est pourtant une mesure normale et logique. "Certains ne jouent pas le jeu. Je trouve cela particulièrement dommageable. Ceux qui aujourd’hui ont beaucoup de moyens doivent être solidaires et si ce n’est pas possible de cette manière-là, nous trouverons d’autres manières pour que cela le soit."

Concernant la solidité juridique du texte, le gouvernement prend des précautions en ayant demandé l’avis du Conseil d’Etat.

Face au Covid, nous venons de prendre des mesures assez strictes

Pas assez selon certains qui auraient voulu qu’on limite encore plus tout déplacement. Georges Gilkinet nuance : "Il fallait un équilibre entre l’effort à réaliser par chacun et une certaine forme de liberté. Il est important de laisser les personnes circuler mais il y a des mesures fortes qui ont été décidées comme le télétravail rendu obligatoire lorsque c’est possible. C’est une question d’équilibre. Mais vous savez que ces mesures sont évolutives. Il y aura un nouveau Comité de concertation vendredi prochain".

Articles recommandés pour vous