Moteurs

Mesures historiques pour la reprise du Mondial de Motocross ce week-end

La piste en sable de Kegums offrira trois visages différents en une semaine!

© Tous droits réservés

07 août 2020 à 05:00Temps de lecture3 min
Par Gérald Wery

Jamais un même circuit n’avait accueilli trois Grand-Prix en une semaine ! Ce week-end, le tracé de Kegums en Lettonie offrira d’abord un premier visage pour la reprise des championnats du monde de motocross après cinq mois d’interruption.

Ensuite, le promoteur aura deux jours pour modifier le circuit afin d’accueillir mercredi un deuxième Grand-Prix. Enfin, jeudi et vendredi, il s’agira à nouveau de changer le tracé pour le troisième rendez-vous de dimanche prochain. Du jamais vu en championnat du monde de motocross ! "Il faudra bien gérer ses courses, nous explique Joël Smets, coach sportif dans l’équipe KTM-Red Bull. Les pilotes devront rouler avec une certaine marge de sécurité pour éviter de se blesser et de manquer deux Grand-Prix d’affilée !"

Le choix d’une piste sablonneuse n’est pas anodin. Il permet de faire et défaire virages et obstacles avec beaucoup plus de facilité. Il semblerait logique également de disputer un Grand-Prix dans un sens et le suivant dans l’autre. Le Grand-Prix de Kegums s’est d’ailleurs déjà disputé dans les deux sens par le passé.

Un hôtel entièrement réservé pour les pilotes !

Le belge Jago Geerts va devoir gérer beaucoup de paramètres pendant une semaine en Lettonie!
Le belge Jago Geerts va devoir gérer beaucoup de paramètres pendant une semaine en Lettonie! © Stefan Geukens Photographic Art

Les pilotes ont eu le choix : soit l’hôtel, soit le mobile-home. Le promoteur du championnat a entièrement réservé un hôtel pour accueillir les pilotes. Il semble que 50% d’entre eux aient choisi cette solution.

En outre, toute personne présente ce week-end sur le circuit (pilotes, mécaniciens, managers, journalistes,…) devra effectuer un double test Covid. "C’est assez compliqué, poursuit Joël Smets, parce qu’on a l’obligation de se faire tester trois jours avant d’arriver sur place. Et comme beaucoup de personnes vont s’y rendre en voiture et en deux jours (2000 kilomètres), il fallait bien planifier ce premier test où je me suis rendu avec mon pilote Tom Vialle et sa famille. Ensuite, on est également testé une deuxième fois en arrivant sur le circuit. Le promoteur Infront Moto Racing a prévu toute une infrastructure à cet effet. C’est parfait et totalement logique dans une optique de sécurité !"

Enfin, un maximum de 3000 spectateurs a été planifié et accepté pour éviter les contacts. Des mesures indispensables pour assurer les épreuves et rassurer les autorités en Lettonie. Un député letton, Sandis Riekstins, a d’ailleurs marqué clairement sa désapprobation à l’organisation de ce triple MXGP dans un tweet la semaine dernière : "Est-ce je soutiens l’organisation du triple MXGP en Lettonie ? Non, je ne le soutiens pas ! Reportons les frais de licence à l’année suivante et organisons un MXGP dans des conditions normales avec la participation de Paul Jonass !"

Audacieux ou dangereux ?

Mettre le feu sans se brûler, c'est le défi de ce premier triple MXGP!
Mettre le feu sans se brûler, c'est le défi de ce premier triple MXGP! © Tous droits réservés

Le programme habituel d’un week-end de Grand-Prix a été complètement revu. Les pilotes du MX2 et du MXGP ne rouleront que le dimanche. Le samedi sera réservé aux catégories espoirs EMX Open et EMX 250 (dans laquelle on retrouvera Liam Everts).

Cela signifie qu’il faudra être bien réveillé dimanche matin pour à la fois découvrir la piste et signer dans la foulée un excellent chrono garantissant une bonne place sur la grille de départ ! Le risque de blessure est déjà là bien présent.

Ensuite, les pilotes n’auront que deux jours pour récupérer. "Chez KTM, explique Joël Smets, on a loué un circuit privé pour effectuer un roulage de décrassage et éviter les contacts."

"Nous, on roulera peut-être sur une autre piste le vendredi, ajoute le pilote officiel Kawasaki Clément Desalle. En tout cas, ça va être dur physiquement trois Grand-Prix en une semaine ! J’espère que tout le monde sera à l’eau clair, ajoute le Belge avec une pointe d’ironie."

Pour conclure, on peut donc saluer l’audace et la pugnacité du promoteur Infront Moto Racing pour sauver cette saison 2020. On peut aussi s’interroger sur le degré de dangerosité qui sera inévitablement relevé par l’accumulation de fatigue durant cette intense semaine. Le motocross est l’un des sports les plus violents qui soit ! A la difficulté cardiologique et musculaire s’ajoute aussi la maîtrise de machines devenues trop puissantes. Comment les pilotes vont-ils récupérer ? Comment vont-ils gérer avec lucidité leur prise de risque une fois dans l’adrénaline de la course ? Combien de pilotes pourront sortir de cette triplette sans blessure ?

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous