Regions Liège

Mesures sanitaires strictes dans l'enceinte du circuit de Francorchamps pour la F1

De nombreuses règles sanitaires sont d'application lors de la présence de la F1

© RTBF Auvio

27 août 2020 à 09:24Temps de lecture1 min
Par Olivier Thunus

Le prochain grand prix de Belgique de formule Un se disputera le dimanche 30 août sur le circuit de Francorchamps, mais il se déroulera à huis clos. Aucun spectateur ne sera admis non seulement dans l’enceinte du circuit, mais aussi dans les abords immédiats.

Dans l’enceinte du circuit, les règles sanitaires à respecter par les 3000 personnes admises (pilotes, teams, organisateurs, pompiers, etc.) seront strictes aussi : " La FIA (Fédération internationale de l’Automobile) a mis en place tout un protocole sanitaire qui divise le circuit en zones de soit forte densité de personnes, soit de faible densité. Tous les profils seront de toute manière confrontés à la prise de température le matin, au port du masque, au respect de la distanciation sociale, au lavage des mains, bref tous les gestes barrière. De plus, le profil à forte densité de personne, donc principalement les paddocks, doit passer un test PCR tous les cinq jours ", précise Vanessa Maes, la directrice générale de Spa Grand Prix, organisatrice de l’épreuve.

Sur plus de 30.000 tests réalisés par la F1 depuis le début de la saison, seuls quatre se sont avérés positifs, ce qui n’étonne pas Vanessa Maes : " La F1 a l’habitude de respecter des règles strictes. Par exemple, mon équipe est testée tous les cinq jours depuis début juillet ", explique-t-elle.

Financièrement

Aucun spectateur, cela veut dire aucune rentrée financière de ce côté-là pour les organisateurs. Pourtant, financièrement, ce grand prix sera plus " facile " : " Oui, dans le sens où nous ne devrons pas nous acquitter du prix du plateau (montant financier à payer pour obtenir l’organisation d’un grand prix). La F1 va aussi nous payer les frais d’organisation parce qu’il est évident qu’il était impensable pour nous d’organiser un grand prix sans les seules rentrées que nous avons, à savoir les tickets d’entrée. Il fallait trouver un modèle financier qui permettait de l’organiser et nous avons trouvé cet accord avec Liberty Media ", précise encore l’organisatrice. Liberty Media, c’est le propriétaire du championnat de F1.

Articles recommandés pour vous