Michel Lecomte : "Véhiculer des messages positifs, c’est une chance énorme qu’on a dans le sport"

17 mars 2021 à 14:46Temps de lecture2 min
Par Chloé Vincent

Michel Lecomte, désormais ex-chef de rédaction du service des sports à la RTBF, a retrouvé le micro tenu pendant plus de 40 ans, mais cette fois tendu par Bruno Tummers, afin de déplier ses Petits Papiers.

Le 31 décembre dernier, l’heure de la retraite a sonné pour Michel Lecomte, après plus de quarante de journalisme sportif.

Il y a quelques mois, l’emblématique chef des sports à la RTBF dévoilait "Mes arrêts sur image", un livre retraçant son parcours riche en anecdotes, moments clé et événements marquants dans le monde du sport.

Interrogé par Bruno Tummers, Michel Lecomte commente à son tour ses petits papiers afin de dresser son autoportrait.

"Dans ce métier, l’interview, c’est de l’écoute et de l’intérêt"

Selon Michel Lecomte, la "bienveillance", mot qu’a pu découvrir le journaliste en dépliant l’un de ses papiers, "c’est la nécessité de se remettre en question. C’est la capacité d’écoute".

"J’ai beaucoup de mal dans ces conversations où la personne qui pose une question se désintéresse de la réponse de son interlocuteur. Dans notre métier, l’interview, c’est de l’écoute et de l’intérêt. On doit être préparé bien entendu, mais on doit aussi être capable de pouvoir rebondir pour pouvoir faire ce que Woody Allen disait souvent 'J’ai des questions à vos réponses'. Il y a aussi des règles. Il faut donc pouvoir se dire qu’on a fait quelque chose, certes avec bienveillance, mais en respectant ce que le métier impose et ce que l’on est fondamentalement", raconte-t-il.

La bienveillance passe également par la mise en lumière des autres. Une chose à laquelle prêtait fortement attention le journaliste en tant que chef de rédaction : "Il faut gérer une équipe de talents qui sont tous différents. Mon rôle, c’était de les mettre tous en avant, de manière équitable pour qu’ils puissent s’épanouir. […] Au final, ça reste un travail d’équipe. C’est vrai qu’en tant que boss, vous recevez les lauriers. J’ai remarqué ça notamment quand les Diables sont revenus sur la Grand-Place après la Coupe du Monde. Les gens qui me reconnaissaient me disaient "merci", ça, c’est une chance énorme qu’on a eue dans le sport, véhiculer des messages positifs. Ça contribue à ce que les gens vous apprécient", retrace Michel Lecomte.

© Patrick Moriame

Demain…

"Le demain se profile, il doit garder ma créativité en éveil quel que soit le domaine. En tout cas, demain, ce n’est pas m’accrocher au bateau RTBF et dire que je veux rester dans le sillage. Je pense qu’il y a un temps pour tout", s’épanche Michel.

"Le métier que j’ai fait m’a donné beaucoup de satisfaction. Je suis un homme de l’instant. C’est d’ailleurs l’une des premières phrases du bouquin,

La vraie générosité envers l’avenir, c’est de tout donner au présent

d’Albert Camus. Je n’ai pas d’inquiétude pour demain", enchaîne-t-il, "ce métier est une préoccupation permanente, il ne vous quitte jamais. C’est un sentiment que j’ai ressenti ces derniers mois après avoir quitté la RTBF. Une partie de votre disque dur est maintenant vidée. Forcément, tout n’est pas parti, mais il n’y a plus cette pression constante et tous ces réflexes à avoir. Il faut prendre ses distances et se dire que ce demain-là, ce sera sans ça", conclut-il.

Retrouvez Les Petits Papiers chaque dimanche de 13h à 14h sur VivaCité.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous