RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Michel Philippo, un Tournaisien installé dans les Hautes-Alpes, bientôt sur les bancs de l’Assemblée nationale ?

Michel Philippo entouré d’Emmanuelle, son épouse, et Mireille, une militante.

En France, l’Assemblée nationale accueillera-t-elle bientôt un député tournaisien ? La réponse tombera ce dimanche lors du second tour des élections législatives chez nos voisins. Michel Philippo, 49 ans, candidat NUPES, croit en ses chances. Il mène une fin de campagne tambour battant en rencontrant des habitants de la région de Gap, dans les Hautes-Alpes, ou en débattant avec son adversaire LREM, la députée sortante Pascale Boyer.

Après avoir vécu à Gaurain-Ramecroix (Tournai) à côté de la plus grande cimenterie d’Europe, Michel Philippo et sa famille avaient mis le cap sur le Sud de la France en 2006 après avoir perdu un combat contre l’industrie cimentière. "Après avoir milité contre, j’ai voulu construire pour. Une fois installé dans le village d’Eourres, j’ai travaillé la question de l’autonomie, j’ai développé des stages sur le fait de construire autrement, manger autrement. Et puis je me suis lancé dans un projet citoyen de construction d’un programme politique qui a abouti à ma candidature à cette élection".

 

Dernière ligne droite pour la campagne avant le second tour.
Michel Philippo peut compter sur le soutien familial.
Son mantra : "Faire se parler des mondes qui ne se parlaient pas"

"Faire mon colibri ne suffira pas"

Cet engagement politique résulte d’une prise de conscience : "Faire mon colibri ne suffira pas dans un monde qui s’effondre". Le formateur en construction terre crue, paille et bois décide de rencontrer "des vrais maçons, classiques". Pareil dans d’autres domaines : "J’ai fait se rencontrer les agriculteurs traditionnels avec ceux font de la permaculture. J’essaie de faire se parler des mondes qui ne se parlaient pas. Cette rencontre-là, elle est passionnante et elle nous permettra de nous en tirer par le haut".

Rassembleur, Michel Philippo défend également une convergence des luttes économiques, écologiques et sociales. Il appelle cette méthode le Rubik’s Cube des luttes. "On doit travailler ensemble pour réussir le casse-tête en entier, ne pas se contenter d’une seule de ses faces".

Michel Philippo (Nouvelle union populaire écologique et sociale) est arrivé en tête du premier tour avec 28,27% des suffrages exprimés sur la 1re circonscription des Hautes-Alpes. Sa concurrente Pascale Boyer (la République en Marche) se classe seconde avec 24,90% des suffrages. Environ un millier de voix les séparent. Le match du deuxième tour s’annonce serré. Sauf dans le village d’Éourres où le Belge naturalisé français a récolté 94% des voix.

Sur le même sujet

Manifestation nationale du 20 juin 2022 : il y aura des trains supplémentaires mais évitez les heures de pointe, conseille la SNCB

Mobilité

Articles recommandés pour vous