Icône représentant un article video.

Vidéo

Moins de rejet de CO2, mais plus d’embouteillages : en 2040, on continuera à se déplacer en voiture, surtout pour les loisirs

Le marché matinal

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le Bureau fédéral du Plan a présenté hier son étude sur l’évolution du transport jusqu’en 2040. Les perspectives sont encourageantes si on regarde l’avenir de la mobilité par le prisme de l’environnement.

Sans rien changer d’ici là, l’étude prévoit que les rejets d’oxyde d’azote des voitures, par exemple, seront divisés par dix, alors que les particules fines, elles, auront pratiquement disparu.

Et ce en fonction de l’évolution actuelle du marché et la part de plus en plus importante que prendront les véhicules électriques sur nos routes, ainsi que la disparition des voitures les plus anciennes et donc les plus polluantes. En termes de qualité de l’air, les perspectives sont donc plutôt encourageantes.

Mais en ce qui concerne les embouteillages et la saturation du réseau, pas vraiment. Au contraire même : parce que si on constate que la mobilité douce : la marche, le vélo ou la trottinette va fortement se développer, ça ne pèse pas bien lourd dans le mode de calcul. Parce qu’il faut savoir que les auteurs du rapport parlent en passagers-kilomètres, un peu comme dans l’aviation.

C’est-à-dire l’ensemble des kilomètres parcourus par toutes les personnes sur le territoire belge en une année, c’est-à-dire des milliards de kilomètres. Et dans le cas de marchandises, on parle en tonnes-kilomètres. Et forcément, on fait beaucoup plus de kilomètres en voiture qu’à vélo. Donc en 2040, la demande totale de transport aura augmenté de 5% pour les passagers et carrément 20% pour les marchandises. Et pourtant, on a tenu compte de la percée du télétravail dans cette étude.

L’étude montre qu’on se déplacera peut-être un peu moins en voiture pour le boulot, mais plus pour les loisirs ou pour les nécessités quotidiennes.

 

 

 

Sur le même sujet

Bruxelles : le tunnel Trône en chantier jusque fin 2023

Mobilité

"Au moins 10% de baisse des émissions de CO2 en 2030 grâce au digital", selon une étude d'Agoria

Environnement

Articles recommandés pour vous