Monde Europe

Moldavie: la cheffe du gouvernement présente sa démission

© Belgaimage

Par Belga, édité par Estelle De Houck

La Première ministre moldave Natalia Gavrilita a présenté vendredi sa démission, après un an et demi au pouvoir dans cette ex-république soviétique qui subit de plein fouet les conséquences de la guerre dans l'Ukraine voisine. "Il est temps pour moi de partir", a déclaré la responsable pro-européenne de 45 ans devant la presse, évoquant "un manque de soutien et de confiance dans le pays".

Maia Sandu, la présidente également pro-européenne, l'a remerciée pour "son sacrifice et ses énormes efforts pour gouverner à travers autant de crises".

Des consultations avec les différents partis politiques vont être menées dans l'après-midi. Un nouveau gouvernement devrait être nommé sans accrocs et approuvé par le Parlement, où le parti de la cheffe d'État dispose du soutien de 63 députés sur 101 sièges.

La relation avec Moscou

Durant son court mandat, Natalia Gavrilita a dû affronter de nombreux défis avec son équipe, notamment sur le plan énergétique. Extrêmement dépendant de la Russie, le petit pays de 2,6 millions d'habitants niché entre l'Ukraine et la Roumanie a subi une réduction drastique des livraisons du géant Gazprom après l'invasion russe. Il a aussi été victime de pannes d'électricité massives à la suite de frappes russes sur des sites énergétiques ukrainiens.

La Moldavie, qui doit compter avec des soldats russes sur son sol, dans la région séparatiste prorusse de Transnistrie, a en outre pointé des "tentatives de déstabilisation" de la Russie.

Maia Sandu a accusé Moscou d'être derrière des trafics d'armes, de biens, de traites d'humains ou de financer des manifestations antigouvernementales, évoquant une "guerre hybride". Jeudi, les services de renseignement ont confirmé des informations de Kiev selon lesquelles Moscou planifiait de renverser le gouvernement pro-européen de Chisinau.

Cette démission intervient alors que la Moldavie a fait état vendredi du survol de son territoire par un missile de croisière russe, "une violation inacceptable" de l'espace aérien selon Chisinau.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous