Exposition - Accueil

"Mona Lisa" bientôt aux enchères... ou presque

La "Mona Lisa Hekking" estimée entre 200.000 euros et 300.000 euros par Christie's.

C'est un tableau que certains experts jugent inestimable. Une réplique ancienne de "La Joconde" sera proposée aux enchères en juin chez Christie's, à l'occasion d'une vente en ligne dédiée. Elle est estimée entre 200.000 et 300.000 euros. 

Cette fameuse réplique est plus connue comme la "Mona Lisa Hekking", nom donné d'après le collectionneur Raymond Hekking qui l'a acquise chez un antiquaire de la région de Nice dans les années 1950. Il s'est longuement évertué à défendre sa version qu'il affirmait être l'authentique Joconde, reléguant au rang de copie la toile de référence de Léonard de Vinci conservée au Louvre. Sa technique pour y parvenir ? Remettre en doute la restitution de l'œuvre authentique au profit d'une copie après le célèbre vol de l'œuvre par Vincenzo Peruggia en 1911.

Copier la Joconde est un rite de passage pour les artistes de toutes époques confondues, à tel point que plusieurs répliques du tableau de Vinci furent réalisées dès le XVIIème siècle. Parmi les versions les plus connues se trouve une copie conservée au musée du Prado, qui aurait été réalisée dans l'atelier du peintre italien par l'un de ses élèves. 

Loading...

Des copies valant des millions

Comme le souligne Christie's, la "Mona Lisa Hekking" se distingue de la version du Prado par sa composition resserrée sur le modèle. Sa facture et sa matière la rapprochent du groupe des répliques de l'œuvre réalisées au XVIIème siècle. Des caractéristiques qui en font la parfaite illustration de la fascination que la Joconde a toujours inspirée, selon Pierre Etienne, directeur international du département Tableaux anciens chez Christie's. 

"[La "Mona Lisa Hekking"] est le rêve d'un homme passionné d'art. Elle est son idéal. Raymond Hekking a été son ardent défenseur auprès des historiens d'art et des médias du monde entier dans les années 1960. Elle sera sa Muse, il sera son Poète", explique-t-il. 

Si cette réplique de la Joconde sera proposée en ligne du 11 au 18 juin prochains, de nombreuses copies de la toile de Léonard de Vinci sont apparues aux enchères ces dernières années. L'une d'entre elles est passée sous le marteau chez Sotheby's en janvier 2019, où elle a été adjugée pour près de 1,7 million de dollars (soit 1,4 million d'euros). Soit plus de 14 fois le montant de son estimation haute de 120.000 dollars. 

Vendre la "vraie" Joconde ?

Si la "Mona Lisa Hekking" pourrait bien connaître un destin similaire, c'est sans compter sur la somme astronomique que pourrait atteindre la toile originale de Léonard de Vinci si elle était un jour proposée à la vente. L'entrepreneur français Stéphane Distinguin avait émis l'idée dans une tribune publiée en mai sur le site d'Usbek & Rica. Une opération qui permettrait de rapporter à l'État français "pas moins de 50 milliards d'euros", selon les estimations du CEO de Fabernovel. 

Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Pas vraiment si l'on en croit Marc-Olivier Wahler, ancien directeur du Palais de Tokyo, que Stéphane Distinguin cite dans sa tribune. "La valeur de la Joconde, c'est précisément son inaliénabilité. Si elle s'achète et qu'elle quitte le Louvre, elle perdra son statut", écrit-il. La toile la plus connue de Léonard de Vinci a encore de beaux jours devant elle au Louvre.

Sur le même sujet

Une ancienne copie de la Joconde vendue aux enchères pour 270.000 €

Exposition - Accueil

Une toile de Monet rarement apparue sur le marché aux enchères

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous