Coupe du Monde 2022

Mondial 2022 : Roberto Martinez : "On a hérité de la partie de tableau la plus compliquée"

La Belgique connaît ses adversaires, pour la phase de groupe de la Coupe du monde 2022, qui aura lieu au Qatar du 21 novembre au 18 décembre. Les Diables Rouges croiseront la route du Canada, de la Croatie et du Maroc. Roberto Martinez a réagi juste après le tirage. 

"Tomber contre le Maroc, c’est un tirage très excitant, surtout quand on connaît les liens qu’il y a entre les deux pays"

Le match contre le Maroc aura une saveur toute particulière, comme l’a confié Roberto Martinez : "Tomber contre le Maroc, c’est un tirage très excitant, surtout quand on connaît les liens qu’il y a entre la Belgique et le Maroc. Pas mal de joueurs ont la double nationalité et évoluent en Belgique, même des membres du staff qui étaient avec nous en 2018, sont à présent au Maroc".

Roberto Martinez sait que ce premier tour sera compliqué et qu’il n’y aura aucun match facile, à commencer par le match contre le Canada qui retrouve le Mondial après 36 ans d’absence : "Il faudra faire attention au Canada. Ils arrivent à la coupe du monde avec un moral gonflé à bloc, plein de confiance, prêts à célébrer l’événement. Si vous voyez comment le Canada a joué contre le Mexique et les Etats-Unis, vous comprenez à quel point cette équipe est soudée. Ils ont fait une campagne qualificative de très haut niveau".

"Je ne pense pas que la Croatie soit sur une courbe descendante"

Le coach des Diables a également évoqué la Croatie, et sa génération dorée, qui participera sans doute, à son dernier grand rendez-vous : "Les cadres de l’équipe croate continuent à jouer à très haut niveau dans leurs clubs respectifs. Modric a même été élu homme du match il y a quelques semaines en Champions League. Je ne pense pas que la Croatie soit sur une courbe descendante. Cette justement une opportunité et une motivation supplémentaire pour les Croates. Ils auront l’envie d’aller une nouvelle fois le plus loin possible dans une coupe du monde et faire mieux qu’en Russie où ils avaient perdu en finale".

"On peut dire qu’on a hérité du côté plus compliqué du tableau"

Roberto Martinez a déjà dans un coin de la tête les huitièmes et les quarts : "Tout le monde aime se projeter dans les tours suivants, et donc on sait qu’on doit être au top tout de suite, parce qu’en 1/2 on risque de tomber contre l’Espagne ou l’Allemagne, et en 1/4 face au Brésil. On le sait, aucun chemin vers la finale ne sera facile. Et donc on sait qu’on doit arriver bien préparé à la coupe du monde".

L’Espagne ou l’Allemagne en 1/8, le Brésil en 1/4… Une partie de tableau compliquée comme le confirme le sélectionneur national : "Quand on analyse le tirage, on peut dire qu’on a hérité du côté plus compliqué du tableau. C’est vrai que la première partie de tableau, est plus facile sur papier. Mais si on veut aller jusqu’au bout dans cette coupe du monde, on doit pouvoir affronter les grosses cylindrées du foot mondial. Arriver en demi-finale ce sera compliqué mais c’est comme ça".

26 joueurs sélectionnés et un amical avant le Qatar ?

En revanche Roberto Martinez se réjouit de commencer le tournoi le 23 novembre, le 3e jour de cette coupe du monde : "Je suis très content de commencer plus tard, j’espère qu’on pourra jouer un match amical en Belgique, ce sera un moment de communion avec les supporters avant de partir. Et si ce n’est pas possible nous aurons plus de temps pour nous acclimater à la météo du Qatar".

Une Coupe du monde à 23 ou à 26… la réponse n’est pas encore tranchée mais on se dirigerait vers un noyau élargi : "Nous avons beaucoup discuté, ici au Qatar, avec les différents coachs, des différents pays. On devrait trouver un accord avec la FIFA pour pouvoir partir au Qatar avec un noyau de 26 joueurs. La décision n’a pas encore été entérinée mais on est en bonne voie".

Roberto Martinez a également évoqué la situation politique au Qatar : "Il reste encore beaucoup de débats, et de polémiques sur l’attribution de cette coupe du monde au Qatar. Il ne faut pas fermer les yeux sur la situation politique du pays et sur le respect des droits de l’homme. Mais qu’on parle uniquement du volet sportif, de l’organisation, des infrastructures et de l’accueil on peut déjà dire que ce sera sans doute la meilleure coupe du monde de l’histoire", a conclu le sélectionneur de la Belgique.

Sur le même sujet

Mondial 2022 : Le Canada, "une équipe forte qui travaille ensemble et si on peut exploiter ça, on pourra faire quelque chose"

Coupe du Monde 2022

Articles recommandés pour vous