Cyclisme Mondiaux

Mondiaux d'Imola : La sélection belge unie autour de Wout Van Aert et avec une stratégie "difficile à lire"

La sélection belge sur le circuit des championnats du monde 2020 à Imola.

© ERIC LALMAND - BELGA

26 sept. 2020 à 08:41Temps de lecture4 min
Par Jérôme Helguers avec Sébastien Ongaro

À la veille de la course en ligne des championnats du monde de cyclisme, après l’avis de nos experts, nous avons promené le micro (et la perche) RTBF au sein de la sélection belge. De quoi prendre le pouls des coureurs et faire un petit tour d’horizon des points de vue. Tous s’accordent sur la difficulté du parcours. Un profil qui mixe en quelque sorte les Strade Bianche (sans les routes non asphaltées) et une classique ardennaise. Deux côtes répertoriées, mais pas vraiment de portions toutes plates. Autre point d’accord, l’unité autour de Wout Van Aert. Le Tour de France a suffisamment démontré l’excellente forme du coureur Jumbo-Visma, il est le leader unique.

Tiesj BENOOT : "Wout a confirmé dans le Tour qu’il mérite d’être le vrai leader"

"J’ai pris quelques jours tranquilles après le Tour de France. Ça fait du bien de retrouver la sélection belge, car toute l’année je parle anglais dans mon équipe Sunweb", confie Tiesj Benoot.

"J’étais content en découvrant le parcours, c’est vraiment dur mais je trouve que les côtes ne sont pas trop longues. On va voir une course à l’usure et ça va aller très vite dès le départ, car nous serons directement le circuit final. Il y aura du stress aussi car c’est très technique, les routes sont toujours étroites. Ça me fait penser à Tirreno-Adriatico. Chaque année, sur cette course à étapes italienne, il y a une étape qui vient sur ce genre de routes, avec des côtes raides. Mais ici, ce sera évidemment plus long (258,2 km). Wout Van Aert a confirmé dans le Tour qu’il mérite d’être le vrai leader. Tout le monde est OK avec ça, on a potentiellement un futur champion du monde dans l’équipe. S’il fait mauvais, ça rendra la course plus difficile et ça donnera un avantage en plus à la Belgique".

Greg VAN AVERMAET : "Ça me fait penser aux Strade Bianche" "

"Je crois qu’on a composé une bonne équipe belge pour faire un résultat dimanche. On a fait la reconnaissance du circuit jeudi et j’ai découvert ce à quoi je m’attendais. Le dénivelé est important, ça me fait penser aux Strade Bianche mais avec plus de kilomètres et sans les graviers. C’est un parcours pour les coureurs de classiques ardennaises", explique Greg Van Avermaet.

"Je pense que Wout est effectivement notre seul leader. Son Tour était incroyable, il est dans la condition de sa vie. Le parcours n’est peut-être pas fait pour lui, mais il a malgré tout des chances de gagner, c’est le plus important. Si une échappée importante part, il sera nécessaire d’avoir chaque fois un Belge dedans".

Tim WELLENS : "On est tous ici pour Wout"

"Comme je n’ai pas pu faire le Tour de France, je me sens très frais dans la tête et dans les jambes. Bien sûr, si j’avais pu choisir, j’aurais préféré sortir du Tour pour venir ici", déclare Tim Wellens.

"On savait que le parcours allait être difficile, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi technique. J’ai été surpris par les descentes, les virages serrés, les routes étroites, c’est donc bien d’avoir fait la reconnaissance. Si les routes sont mouillées, certains risquent d’avoir un peu peur sur le vélo. Si les routes sont sèches, il n’y aura pas de problème".

"Depuis la reprise du cyclisme, toutes les courses sont un peu bizarres, étranges. C’était encore le cas mardi dernier, au championnat de Belgique. Mais pour ces Mondiaux, je crois que les jambes et la condition sont comparables aux autres années. Habituellement, on sort de la Vuelta, ici c’est similaire car on sort du Tour de France".

"Une mauvaise météo ? Notre grand leader sort du cyclocross, ça ne peut être qu’une bonne chose pour nous. Wout était tellement impressionnant sur la Grande Boucle. Je pense que personne n’a vu venir ses énormes progrès. C’est notre grand leader, on a tous confiance en lui, on est tous ici pour lui".

 

Rik VERBRUGGHE : "J’ai une stratégie en place, les autres auront du mal à la lire"

"Le circuit est très technique et il est impossible de cacher les 5.000 mètres de dénivelé ! Cette course sera sélective et très difficile à contrôler. Nous ne sommes pas la nation qui doit prendre la course en mains. Le parcours est fait pour des 'puncheurs-grimpeurs' et nous, nous avons une équipe de 'puncheurs-sprinteurs'. Si je dois comparer la deuxième côte du circuit, je dirais que c’est 'juste pas' La Redoute, mais plutôt la Côte de Chambralles, pour ceux qui connaissent. C’est dans la région de Aywaille", confie le sélectionneur Rik Verbrugghe.

"Ça va rester une course relativement fermée, sauf s’il y a de la pluie. Est-ce que la Belgique peut imiter la tactique des Sunweb pendant le Tour ? Oui… Mais si tout le monde choisit cette tactique, on ne va pas avoir de course ! J’ai une stratégie en place, elle n’est pas comparable à celle de Sunweb. La force de notre équipe résidera dans le fait que les autres nations vont avoir du mal à lire notre tactique. On a un leader hors normes, Wout est en pleine confiance et pleine possession de ses moyens. Mais, on a une équipe derrière qui peut surprendre. Notre force sera qu’on ne pourra pas lire parfaitement notre course".

"Quel est LE coureur à surveiller ? Julian Alaphilippe bien sûr. Mais des coureurs comme Marc Hirschi, Michal Kwiatkowski ou Michael Woods, vont avoir une carte à jouer et pourraient surprendre. Ils pourraient ne pas être visés, surveillés, et finalement repartir avec le maillot arc-en-ciel !".

Wout VAN AERT : "Les autres vont rouler pour moi ? C’est beau d’entendre ça"

"Je crois que j’ai des chances pour dimanche. Le chrono a confirmé que les jambes étaient là. J’ai bien récupéré du Tour de France. Notre équipe est très forte, avec beaucoup de gars capables d’être là dans le final de la course. Le plus important est de se reposer jusqu’à dimanche", déclarait Wout Van Aert après sa médaille d’argent sur le chrono.

"Les autres ont dit qu’ils allaient rouler pour moi ? C’est très beau d’entendre ça. Mes résultats étaient très bons ces derniers mois, c’est peut-être normal que l’on va jouer ma carte. J’ai une bonne chance de gagner dimanche et c’est toujours important d’avoir une équipe derrière son leader".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous