Athlétisme

Mondiaux de Eugene : double triplé exceptionnel pour Rojas et Barshim, Vervaet éliminée dès les séries du 200m, tout ce qu’il ne fallait pas rater de la 4e nuit

Yulimar Rojas, Essa Barshim et Imke Vervaet.

© RTBF avec Belga et AFP

19 juil. 2022 à 05:37Temps de lecture3 min
Par Jâd El Nakadi avec Belga et AFP

Championnats du monde d’athlétisme : J4 ! On a vécu une nuit exceptionnelle ce lundi à Eugene. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, Nafi Thiam a été sacrée championne du monde de l’heptathlon après avoir réalisé la course de sa vie sur le 800m final. D’autres grands athlètes ont performé. C’est le cas de Yulimar Rojas et de Mutaz Essa Barshim, qui ont tous les deux fait un "double triplé"Voici un condensé de ce que vous avez manqué de cette quatrième nuit à Eugene.

Rojas et Barshim vs le Reste du monde

Cherchez la définition du mot "Domination" dans le dictionnaire et vous y trouverez certainement les noms de Yulimar Rojas et de Mutaz Essa Barshim. Pour la troisième fois consécutive, la Vénézuélienne, au triple saut, et le Qatari, au saut en hauteur, ont remporté la médaille d’or.

Presque en même temps, et à une vingtaine de mètres de distance, Rojas et Barshim ont de nouveau dominé leurs concurrents lors d’une finale mondiale après 2017 à Londres et 2019 à Doha.

Ce lundi, Rojas a tout simplement réalisé la 6e meilleure performance de tous les temps (15,47m). La recordwoman du monde et championne olympique de la discipline a facilement devancé la Jamaïcaine Shanieka Ricketts (14,89 m) et l’Américaine Tori Franklin (14,72 m).

De con côté, Barshim, co-champion olympique en titre après avoir partagé sa médaille avec Gianmarco Tamberi, s’est imposé en franchissant 2,37 m, devant le Sud-Coréen Sanghyeok Woo (2,35 m) et l’Ukrainien Andriy Protsenko (2,33 m).

Le sauteur qatari a livré un concours sans faute en passant les six barres dont il a eu besoin pour s’imposer dès le premier essai. Il a ensuite échoué une fois à 2,42 m.

Avec cette nouvelle médaille internationale, Barshim s’est désormais fait une place sur l’ensemble des podiums mondiaux et olympiques depuis 2012, à l’exception des Mondiaux-2015 (4e). Tout simplement exceptionnel.

Triple Saut Dames : Victoire de Yulimar Rojas

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Saut en Hauteur Hommes : Victoire de Mutaz Barshim

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Belge Imke Vervaet n’ira pas plus loin

Si Nafissatou Thiam attirait tous les regards ce lundi sur le tartan du Hayward Field d’Eugen, une autre Belge entrait également en lice. Malheureusement, Imke Vervaet a été moins en réussite que sa compatriote médaillée d’or.

La Gantoise de 29 ans a été éliminée dès les séries du 200m. Elle a terminé 5e de la 3e série en 23.28, soit le 30e temps des engagées. Insuffisant pour poursuivre l’aventure.

Après le 200 m, Imke Vervaet disputera le 4x400 m avec les Belgian Cheetahs.

200m Dames : La série de Imke Vervaet

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Premier titre de champion du monde pour El Bakkali

Le champion olympique marocain Soufiane El Bakkali a été sacré champion du monde du 3.000 m steeple pour la première fois de sa carrière.

En 8 min 25 sec 13, El Bakkali (26 ans) a devancé l’Ethiopien Lamecha Girma et le champion du monde en titre kényan Conseslus Kipruto.

Déjà battu aux JO de Tokyo l’été dernier, Girma (21 ans) a de nouveau buté sur El Bakkali qui a utilisé son finish pour dominer ses concurrents dans le dernier tour, après un début de course "lent" qui a permis à une dizaine de coureurs de se disputer les places sur le podium.

Après l’argent en 2017 et le bronze en 2019, El Bakkali a donc complété sa collection de médailles mondiales.

Finale 3.000m Steeple : La victoire de Soufiane El Bakkali

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Kipyegon de retour sur le toit du monde

La Kényane Faith Kipyegon, double championne olympique, avait elle déjà été sur le toit du monde en 2017. Cinq ans plus tard, la revoilà championne du monde du 1.500 m.

En 3 min 52 sec 96, dixième meilleure performance de tous les temps, Kipyegon (28 ans) a devancé l’Ethiopienne Gudaf Tsegay (3 : 54.52), qui a fait exploser la course dès le départ, et la Britannique Laura Muir (3 : 55.28).

Les deux championnes avaient offert une course similaire dans la même enceinte du Hayward field fin mai à l’occasion du meeting de la Ligue de diamant : Tsegay avait imprimé un tempo très rapide mais avait été débordée par Kipyegon déjà pour une victoire dans un chrono à peine plus rapide (3 : 52.59).

En plus de son titre de 2017, Kipyegon comptait déjà deux médailles d’argent mondiales décrochées en 2015 et 2017.

Finale 1.500m Dames : La victoire de Faith Kipyegon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous