RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Mons : les enseignants dans la rue ce mardi pour faire entendre leurs revendications

29 mars 2022 à 04:27 - mise à jour 29 mars 2022 à 09:36Temps de lecture2 min
Par Laurick Ayoub

Le départ de la manifestation a commencé ce mardi lieu au Square Roosevelt vers 11 heures. Ensuite, les manifestants se dirigent vers l’Avenue du Parc en passant devant des écoles, Hautes Ecoles et près de l’Umons. Avant de marcher vers l’Avenue du champ de mars pour rejoindre la gare.

Mons: mobilisation des enseignants pour faire entendre leurs revendications (29/03/2022)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

RTBF

Leurs revendications font écho à la manifestation du 10 février dernier. Ils étaient près de 10.000 à marcher dans les rues de Bruxelles. Un mois après, le secteur n’a pas l’impression d’avoir été entendu et se rassemble au Square Roosevelet à Mons, pour exprimer leur mécontentement. Tous les réseaux et tous les niveaux d’enseignement sont concernés, de la maternelle jusqu’aux Hautes Ecoles et Universités.

RTBF

Les motivations

Revalorisation du travail, surcharge de travail, trop de réformes sans consultations, il y a plusieurs revendications du secteur. "Il y a la pénurie des enseignants", pointe Xavier Van Wynsberghe, professeur en technique d’usinage à l’Institut Saint-Luc. "Un de mes collègues, professeur de langues, s’est absenté en novembre. Il a fallu le temps de tout mettre en place mais on a trouvé un remplaçant il y a seulement un mois".

Autre problème, qui affecte directement l’apprentissage des élèves, la taille des classes, parfois trop grandes. "Le nombre d’élèves par classe est trop grand parce qu’il y a une pénurie d’enseignants. Donc on doit rassembler les élèves pour qu’ils aient un maximum de cours. Mais à un moment donné, on ne peut pas suivre correctement chaque élève. S’il y a trop d’élèves, un élève en difficulté n’ose peut-être pas le dire et le professeur ne peut pas forcément le détecter s’il y a d’autres élèves à gérer. Donc oui, il y a des élèves qui subissent les conséquences d’une classe trop grande. Si le professeur n’arrive pas à bien gérer une grande classe, c’est l’apprentissage qui prend directement un coup", assure le professeur.

Des réformes indigestes

Ce qui énerve aussi le secteur ce sont les diverses réformes de l’enseignement. "On est dans une course effrénée de réformes qui fait qu’on n’a pas le temps de se préparer. Ces réformes ont pour conséquence, dans beaucoup d’endroits, des pertes d’emploi", explique le permanent CSC-Enseignement Bernard Detimmerman. "Donc nous, on dit non aux réformes qui font perdre des emplois. Nous sommes dans une réforme systémique de l’enseignement avec un Pacte pour un enseignement d’excellence, c’est très bien. Mais on met en place une série de petits décrets. On est en train de constater que l’idéologie de départ est en train de devenir une surcharge de travail, ça modifie leurs conditions de travail. Cette mobilisation, c’est la suite du 10 février et c’est important de pouvoir exprimer son mécontentement".

Mons: mobilisation des enseignants pour faire entendre leurs revendications (29/03/2022)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ras-le-bol dans les écoles, manifestation à Liège : plus de 10.000 profs dans la rue

Belgique

Caroline Désir à propos du salaire des enseignants : vu le contexte budgétaire, "on ne peut pas travailler sur tous les fronts"

Politique

Articles recommandés pour vous