RTBFPasser au contenu
Rechercher

Festival de Cannes

Montée des marches anniversaire exceptionnelle pour le 75e Festival de Cannes

25 mai 2022 à 13:34Temps de lecture2 min
Par Belga

Un parterre de stars, de Gael García Bernal à Sophie Marceau en passant par Jake Gyllenhaal ou Léa Seydoux, puis une comédie de Louis Garrel : le Festival de Cannes a célébré mardi sa 75e édition-anniversaire.

"Cannes représente le royaume du cinéma, la religion du cinéma, la seule à laquelle je crois ! Il y a quelque chose de sanctifié ici", a déclaré le cinéaste israélien Nadav Lapid, prix du Jury l’an dernier pour "Le genou d’Ahed", en montant les marches.

Des personnalités pour qui Cannes a représenté un tournant dans leur carrière ont foulé le tapis rouge, dont les réalisateurs Nicolas Winding Refn (Prix de la mise en scène pour "Drive" en 2011), Paolo Sorrentino (Prix du Jury pour "Il Divo" en 2008) ou Claude Lelouch, qui témoigne :

Cannes représente une vie de cinéma, je suis né une deuxième fois ici en 1966 (avec sa Palme d’Or pour "Un homme et une femme), j’adore ce festival, je lui dois tout.

"Cannes représente un des derniers refuges du cinéma", a déclaré de son côté Mathieu Kassovitz estimant qu’il devait perdurer pour que le cinéma "continue à exister, à faire rêver les gens".

Les membres du jury étaient là aussi, du président Vincent Lindon aux actrices Noomi Rapace et Deepika Padukone, ainsi que les équipes des films en compétition pour cette 75e édition, dont David Cronenberg et Léa Seydoux.

Les membres du Jury du 75e festival de Cannes
Les membres du Jury du 75e festival de Cannes PATRICIA DE MELO MOREIRA – AFP

Le nouveau film de Louis Garrel, hors compétition, "L’Innocent", une comédie légère jouant des codes du film de braquage, doit ensuite être projeté dans le Grand Théâtre Lumière.

Garrel y joue le rôle d’Abel, un jeune homme dont la mère, jouée par Anouk Grimberg, épouse un homme qui sort de prison (Roschdy Zem). Très inquiet pour elle, il embarque sa meilleure amie (Noémie Merlant) pour tenter de la protéger, embarquant sans le vouloir le quatuor dans des aventures inattendues.

"J’avais envie de faire un film qui s’amuserait du genre policier, léger et drôle à regarder", a expliqué à l’AFP Louis Garrel.

Le film révèle le potentiel comique de Noémie Merlant, plutôt vue dans des drames depuis le "Portrait de la jeune fille en feu". "Dans la vie, je ne pense pas être quelqu’un de très drôle", reconnaît-elle. "Quand on balance une blague, j’ai toujours peur qu’on le comprenne mal, de faire un bide. Mais Louis a le truc pour mettre à l’aise les acteurs, et c’est essentiel en comédie", ajoute-t-elle.

Sur le même sujet

Traversez le mur du son dans le cockpit F14 de Top Gun !

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous