Mort à l'aéroport de Charleroi : les commissions de l'Intérieur et de la Justice se réuniront mercredi matin

Mort à l’aéroport de Charleroi : les commissions de l’Intérieur et de la Justice se réuniront mercredi matin

© VIRGINIE LEFOUR - BELGA

24 août 2020 à 10:53 - mise à jour 24 août 2020 à 10:53Temps de lecture2 min
Par Belga

Les commissions de l’Intérieur et de la Justice se réuniront mercredi à 10h15 pour un débat d’actualité sur le décès d’un ressortissant slovaque en 2018 à l’aéroport de Charleroi. Les députés interrogeront les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Pieter De Crem et Koen Geens, sur cette affaire. Plusieurs groupes n’entendent toutefois pas en rester là et réclament des auditions et un audit.

Interrogé dans "La Libre", le chef de groupe PS, Ahmed Laaouej, demande la réalisation d’un audit en profondeur de la police aéronautique qui serait réalisé par le Comité P, l’organe de contrôle de services de police. La députée Vanessa Matz (cdH) souhaite quant à elle que le commissaire général, Marc Demesmaeker, de la police fédérale soit également entendu en commission et que l’Inspection générale de la police procède à une enquête interne et viennent en exposer les résultats aux parlementaires.


►►► À lire aussi : Décès d’un passager au BSCA en 2018 : le grand patron de la police aéronautique doit également faire un pas de côté


Les images de l’intervention de la police pour maîtriser Jozef Schovanek ont suscité l’indignation générale et provoqué de sérieux remous dans la police fédérale. Le numéro 2, André Desenfants, directeur de la police administrative et exerçant de ce fait la tutelle sur la police aéronautique a annoncé jeudi qu’il se retirait de ses fonctions le temps qu’une enquête interne soit menée. L’homme s’est dit très touché et veut notamment savoir comment cela se fait qu’il n’ait pas été mis au courant des faits. Ce week-end, "Het Nieuwsblad" a révélé que le commissaire général avait infligé au patron de la police aéronautique, Danny Eslt, une mesure d’ordre dans l’intérêt du service. Le policier était officier de service au moment des faits. Il exercera temporairement une fonction administrative.

A l’époque des faits, Jan Jambon (N-VA) et Theo Francken (N-VA) étaient en charge de l’Intérieur et de l’Asile. Ni l’un, ni l’autre n’ont été mis au courant du décès de M. Schovanek, ni des circonstances de l’intervention policière, a indiqué M. Francken dimanche sur Twitter. Selon lui, d’autres membres de la hiérarchie policière devaient être au courant des faits.

Sujet du JT du 21/08/2020

Vidéo / Policiers violentés en intervention

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous