Regions Liège

Mosa Ballet School : à Liège, la nouvelle école de danse a ouvert ses portes au public

Mosa Ballet School : à Liège, la nouvelle école de danse a ouvert ses portes au public

© RTBF – Erik Dagonnier

14 oct. 2022 à 09:26Temps de lecture2 min
Par Erik Dagonnier avec Caroline Adam

A Liège, la toute nouvelle Mosa Ballet School ouvrait pour la première fois ses portes au public pour une visite de ses bâtiments. Au total, 85 élèves de 12 à 18 ans fréquentent cette école qui ambitionne de devenir une des meilleures écoles de danse du monde.

C’est un couple de mécènes Bruxellois qui a investi 20 millions d’euros pour acheter et rénover l’ancien bâtiment de la Banque Nationale à Liège. L’école est subsidiée en partie par la Fédération Wallonie-Bruxelles à hauteur d’1.200.000 euros par an. 40% du budget vient du service public, le reste est financé par des donateurs privés pour plus de 30% et par le minerval des élèves.

Ouvrir cette école d’excellence, c’était le rêve de sa directrice, Benjamine de Cloedt. Elle a été notre guide pour visiter les locaux flambant neufs de la Mosa Ballet School.

Visite des lieux en compagnie de la directrice, Benjamine de Cloedt

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Liège, capitale de la danse

Olivier Patey est le directeur artistique de la Mosa Ballet School. Cet ancien premier danseur de l’Opéra de Paris a travaillé avec Rudolphe Noureev. Et il compte bien attirer les futurs meilleurs danseurs du monde à Liège. Comment ? "D’abord, il faut leur offrir un programme avec des professeurs de très haut niveau" répond-il, "c’est-à-dire que j’ai engagé, par bonheur, des danseurs étoiles internationaux qui sont devenus des grands professeurs."

Car l’objectif, c’est de faire de Liège une capitale de la danse dans le monde : "Je l’espère vraiment, on va totalement s’investir pour que ce soit le cas, oui. Il y a tout un plan, qui est non seulement un plan d’éducation, mais un plan culturel en général. Nos élèves viennent au moins de 15 pays. Nous avons plus de dix Japonais, 15 Italiens, 15 Belges, des Français, des Australiens, des Sud-Africains… toutes les nationalités sont intéressées par ce projet."

Pour réaliser l’école de danse, l’ancien bâtiment de la Banque Nationale a été complètement transformé : "C’est devenu un lieu assez magnifique" confie Olivier Patey, "avec des possibilités techniques pour nous fantastiques, des studios de très grandes surfaces, dans lesquels on peut vraiment entraîner des danseurs pour devenir des professionnels, avec ce que ça comporte d’engagement physique. Donc on a besoin d’espace."

Un projet d’ouverture sur le monde

Du côté de la Communauté française, un subside est donc prévu pendant trois ans. Un gros budget. Un choix politique assumé. "Nous croyons que cette institution peut avoir non seulement un rayonnement en Fédération Wallonie-Bruxelles mais aussi un rayonnement international et que ça contribue aussi à une complémentarité avec les institutions qui existent sur notre territoire, et à Liège en particulier, comme l’Opéra, le Théâtre. Je crois que c’est un élément important. C’est donc une complémentarité" explique le ministre du budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles Frédéric Daerden. "C’est aussi un projet d’ouverture sur le monde par rapport à toute une série d’étudiants. Ce sont 15 nationalités avec aussi un projet pour accueillir tous les étudiants, y compris ceux qui n’en ont peut-être pas les moyens, mais qui sont doués pour la danse" conclut le président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous