Moscou veut discuter avec Biden des droits humains et de l’assaut du Capitole

Une première rencontre est prévue le 16 juin entre Vladimir Poutine et Joe Biden

© AFP

31 mai 2021 à 13:13Temps de lecture1 min
Par Belga

La Russie a dit lundi vouloir aborder, lors de la première rencontre le 16 juin entre Vladimir Poutine et Joe Biden, la question des droits humains et celle des poursuites visant les émeutiers de l’assaut du Capitole du 6 janvier.

"Nous sommes prêts à discuter et nous n’avons pas de sujets tabous. Nous parlerons de tout ce que nous jugeons nécessaire et nous serons prêts à répondre aux questions que la partie américaine soulèvera. Cela vaut également pour les droits humains", a déclaré lors d’une conférence de presse le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Discuter des "problèmes qui existent aux Etats-Unis"

Il a ajouté que Moscou était "prêt" à discuter des "problèmes qui existent aux Etats-Unis", disant être "très intéressé par les poursuites visant les personnes accusées des émeutes du 6 janvier", lorsque des militants pro-Trump ont mené un assaut meurtrier sur le Capitole, le siège du Congrès américain.


►►►A lire aussi : Mikhaïl Gorbatchev espère un redémarrage des relations USA-Russie avec Joe Biden


Aux Etats-Unis, "il se passe beaucoup de choses vraiment intéressantes, y compris du point de vue des droits humains, du point de vue des droits de l’opposition, du point de vue de la protection de l’opposition", a-t-il dit.

M. Lavrov répondait à la question d’un journaliste qui lui demandait si Moscou était prêt à aborder la situation de l’opposition et des droits humains en Russie lors de l’entrevue entre Vladimir Poutine et Joe Biden.

Les Etats-Unis ne "resteront pas les bras croisés" pendant que la Russie "viole" les droits humains

Ces propos interviennent également après que M. Biden a promis dimanche de dire à M. Poutine que les Etats-Unis ne "resteront pas les bras croisés pendant" que la Russie "viole" les droits humains.

Les relations entre les Etats-Unis sont au plus bas, entre désaccords sur les principaux dossiers internationaux, expulsions croisées de diplomates, accusations d’ingérence électorale, d’espionnage ou encore de cyberattaques imputées à Moscou.

Russie: Vladimir Poutine parle d une ligne rouge à ne pas franchir

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Tension USA/Russie : Joe Biden accuse Moscou de vouloir perturber les élections législatives de 2022

Assaut du Capitole : des républicains pourraient se joindre à l’enquête

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous