RTBFPasser au contenu

Moteurs MotoGP

Moto GP : Les larmes de Quartararo...

GP Catalogne 2020 : Victoire de Fabio Quartararo

MotoGP - GP Catalogne 2020

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 sept. 2020 à 10:22 - mise à jour 28 sept. 2020 à 10:223 min
Par Pierre Robert

"C'est bon de savoir qu'on est de retour", les propos sont de Fabio Quartararo à sa descente du podium, hier, à l'issue du Grand Prix de Catalogne à Barcelone." El Diablo" a retrouvé le sourire après plusieurs semaines de doute.

Quartararo fait le ménage en Catalogne...

Au lendemain de sa victoire au Grand Prix d'Andalousie à Jerez de la Frontera, Fabio Quartararo avait imaginé une saison tracée comme une autoroute royale vers un premier titre mondial en MotoGP.

Deux mois plus tard, le Niçois mesure ce qui le sépare encore de cette consécration même si les voyants sont repassés au vert après ce troisième succès décroché sur le territoire espagnol.

Un succès qui résonne comme un symbole. C'est à Barcelone que Quartararo a décroché sa première victoire en Moto2 en 2018. C'est toujours sur ce même circuit qu'il a obtenu son premier podium la saison passée. Un déclic s'est produit et plus que jamais il fait figure de favori à la succession de Marc Marquez...mais il n'est pas ou plus (biffez la mention inutile) le seul ! A Montmelo, Quartararo a joué la partition parfaite. Pas la moindre fausse note, on ne peut pas en dire autant de certains de ses adversaires.

Notre consultant, Didier de Radiguès pointe du doigt Andrea Dovizioso même si l'Italien a été victime d'une sortie de piste de la part de Johan Zarco. "Un premier résultat blanc du pilote de Forlimpopoli qui perd le contact avec la tête du championnat" Notre consultant résume une situation qui devient, au fil des Grands Prix, de plus en plus compliquées. "Dovi" voit cette chance unique de devenir champion du monde s'éloigner.

Au rayon des déceptions, Didier de Radiguès range aussi les deux officiels Yamaha. Quelques heures après avoir officialisé sa collaboration avec Petronas pour 2021, Valentino Rossi prenait le départ de son 350é Grands Prix en MotoGP avec l'ambition de décrocher un 200é podium, voire une 90é victoire qui le fuit depuis plus de trois ans. Espoirs douchés après une chute alors qu'il occupait une confortable deuxième place...

Et que dire de la prestation de son équipier, Maverick Vinales. Cinquième sur la grille, l'Espagnol devait se contenter d'une anonyme neuvième place. Il laisse filer Quartararo au championnat. L'écart entre les deux pilotes est désormais de 18 unités.

Mir, la menace...

Depuis le début du championnat, Joan Mir ne cesse de monter en puissance. Si en qualifications, il n'est pas toujours à l'avant, il compense en course. Il devance régulièrement son équipier, Alex Rins mais il se pose à présent en candidat au titre.

Pour la troisième fois consécutivement, le jeune espagnol de 23 ans est monté sur le podium. Mais au-delà du résultat, il y a la manière. A l'attaque en permanence, il est allé chercher ce nouvel accessit sans aucun complexe. Il a cravaché pour se débarrasser de Jack Miller puis c'est Franco Morbidelli qui a du baisser pavillon.

Heureux dans le parc fermé, il ne pouvait cacher ce petit goût de trop peu. "Partir de la huitième position n'est jamais facile. En début de course, j'ai essayé de rattraper un maximum de places, puis j'ai commencé à me sentir mieux, surtout en voyant que beaucoup de pilotes avaient des problèmes avec la dégradation de leur pneu arrière. Au championnat, je fais une belle opération et je me dis que ma première victoire en Grands Prix se rapproche."

Un sentiment que partage Fabio Quartararo. Le Français est conscient du danger que représente le binôme Mir-Suzuki et il ne s'en cache pas :" Les Suzuki sont super bien en fin de course. Il faut profiter de l'avantage des qualifications car en vue de l'arrivée, ils sont vraiment plus forts que nous." A huit points de Quartararo au championnat, Mir est en embuscade mais il reste prudent quant à la suite de la saison : "Il est trop tôt pour parler du titre." avoue le protégé de Davide Brivio mais ces podiums à répétions doivent lui donner des idées...

Le Mans dans deux semaines...

Après ces trois Grands en l'espace de quinze jours, les pilotes vont souffler deux semaines puis enfileront à nouveau le bleu de travail pour un nouveau tryptique.

Première étape, le Bugatti au Mans. Fabio Quartararo abordera ce neuvième rendez-vous de la saison avec l'habit de leader mais sans se mettre une pression démesurée... celle-là même qui avait causé la perte de son compatriote, Johan Zarco en 2018.

Dans le sillage du pilote Petronas, les choses se précisent...mais rien n'est définitif. Plus que jamais, le Grand Prix du Portugal à Portimao devrait être le juge de paix de cette saison passionnante. Tant mieux pour le suspense !

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous