RTBFPasser au contenu

Moteurs

MotoGP : 2021 encore plus indécis que 2020...!

ESSAIS MOTOGP A LOSAIL

En 2020, sur fond de pandémie, les pilotes du MotoGP avaient dû renoncer au traditionnel déplacement de Doha pour le Grand Prix du Qatar. Malgré ce forfait mais avec quatorze dates cochées dans le calendrier, cette saison nous avait offert de multiples rebondissements avec en point d'orgue, un champion du monde inattendu, Joan Mir.

Bref, un millésime avec neuf vainqueurs de Grand Prix différents et malgré l'absence de Marc Marquez, blessé dès le Grand Prix d'Espagne à Jerez de la Frontera. 

Ce dimanche 28 mars sera synonyme de coup d'envoi de la saison 2021...avec un retour à Losail, pour la manche inaugurale du championnat. Avec notre consultant, Didier de Radiguès, focus sur un calendrier qui renseigne dix-neuf Grands Prix à ce jour.

Un mercato agité pour un championnat prometteur...

L'arrivée de Pol Espargaro chez Repsol Honda, la promotion de Jack Miller chez Ducati, Fabio Quartararo, équipier de Maverick Vinales chez Yamaha, son compatriote Johan Zarco, intégré dans le team Pramac sans oublier l'arrivée de Valentino Rossi qui rejoint Franco Morbidelli au sein de l'équipe Petronas, il y a eu du mouvement dans de nombreuses équipes ce qui réjouit notre consultant, Didier de Radiguès :" Tous ces transferts vont quelque peu redistribuer les cartes et augurent d'une saison passionnante comme d'habitude. Je pense que ce sera encore une très belle saison avec beaucoup de bagarre. Le niveau est très élevé. Les pilotes sont très proches. Les motos sont très différentes mais très proches en performance. Donc, ce sera difficile de faire un pronostic."

La succession de Joan Mir est ouverte...

A 23 ans, Joan Mir a créé la sensation en devenant champion du monde au guidon de la Suzuki. Trente et un départs en MotoGP, une victoire...et sept podiums ont propulsé le Majorquin sous les feux des projecteurs.

Didier de Radiguès ne fait pas de mystère, il sera le candidat numéro un à sa propre succession. "Le favori pour succéder à Joan Mir...c'est Joan Mir. Il est plus fort que l'an dernier dans une saison qui n'était certainement pas la plus facile. Avec Suzuki, il dispose d'une machine très performante pour briller à nouveau et se positionner pour décrocher un deuxième titre consécutif."

La concurrence fourbit ses armes...

Si Joan Mir a les faveurs du pronostic sur le papier, les essais hivernaux d'avant-saison au Qatar ont montré que les adversaires de l'Espagnol n'allaient pas rester sans réaction. Ducati et Yamaha se sont montrés à leur avantage avec une mention particulière à l'Australien, Jack Miller, désormais intronisé porte-drapeau chez les Rouges. " Jack Miller va être un prétendant au titre. Il a une moto officielle et il est très rapide comme l'ont démontré ses chronos d'avant-saison. C'est un pilote talentueux, sérieux, travailleur. Il sera le chef de file de cette armada Ducati. J'attends beaucoup également de Johan Zarco qui a intégré l'équipe Pramac. Même s'il n'est pas pilote officiel, il monte en grade, il peut-être aussi performant." 

Sur le tracé de Losail, Yamaha s'est montré aussi à son avantage avec trois de ses quatre pilotes. Les deux officiels, Maverick Vinales et Fabio Quartararo mais également Franco Morbidelli, auteur d'une fin de saison époustouflante ont fait jeu égal avec l'Australien sur un circuit favorisant la puissance...et donc Ducati.

Tir groupé des Suzuki de Joan Mir et Alex Rins respectivement septième et huitième.

La bonne surprise est venue d'Aleix Espargaro, auteur d'un prometteur sixième chrono avec l'Aprilia. L'Espagnol ne concédait qu'une demi-seconde à la Ducati de Jack Miller. une performance qui n'a pas laiisé insensible Andréa Dovizioso. A pied cette saison, l'Italien testera la nouvelle RS-GP du 12 au 14 avtil sur le tracé de Jerez. De là à imaginer un retour en Grand Prix dont Salvadori pourrait faire les frais, il y a un pas que nous ne franchirons pas...pour l'instant.

Le retour de Marc Marquez...

La semaine passée, l'Espagnol, Marc Marquez a repris le guidon d'une Honda sur  le circuit de Montmelo à Barcelone. Toujours convalescent neuf mois après une fracture au bras droit, le sextuple champion du monde en MotoGP a "apprécié ce contact avec la piste" après cette très longue absence.

Trois jours plus tard, il mettait le cap sur Portimao, un tracé réputé très exigeant physiquement.

Malgré ces deux tests, Marquez renonce finalement à mettre le cap sur Doha. Etant donnés les délais nécessaires à la récupération et l'état actuel du processus de consolidation osseuse, les médecins considèrent prudents de ne pas accélérer son retour aux circuits après une très longue période d'inactivité.

L'Espagnol ne sera pas au départ des deux premiers Grands Prix de la saison au Qatar. Il a d'ores et déjà rendez-vous le lundi 12 avril pour une prochaine visite médicale.

Le team HRC Repsol confiera son guidon à l'Allemand, Stefan Bradl qui a participé aux tests hivernaux organisés à Losail début mars.

Sur son retour sur une grille de départ d'un Grand Prix, au plus tôt à Portimao, le dimanche 18 avril pour le Grand Prix du Portugal, Didier de Radiguès est circonspect :" Pour l'instant, il n'est pas prêt et je pense que lorsqu'il va revenir, il ne sera pas au top niveau. Ca me paraît évident qu'un pilote qui n'a pas couru pendant un an revient moins fort que quand il l'a quitté. Le sport de haut niveau, c'est une progression sans cesse, à chaque événement sportif, le pilote progresse et donc Marquez a reculé par rapport à ses adversaires." 

Le team HRC Repsol devra compter sur son transfuge, Pol Espargaro pour marquer des points...et les esprits lors des premiers rendez-vous de la saison.

Inoxydable Valentino Rossi...

A 42 balais, Valentino Rossi va entamer sa vingt-sixième saison au plus haut niveau. Intégré à l'équipe Petronas, The Doctor a commencé sur un mode mineur les essais hivernaux à Doha mais a terminé avec des chronos encourageants à seulement huit dixièmes de Miller.

Sauf miracle, l'Italien sera pas champion du monde pour la dixième fois de sa carrière mais il veut encore réussir quelques coups d'éclat avant de prendre une retraite bien méritée.

Sur cette saison qui commence au Qatar, notre consultant se montre prudent :" Je crois qu'il ne peut plus progresser, il est à son sommet. Il ne peut faire que descendre et je crois que ce soit une saison très difficile et que ce soit peut-être la dernière à partir du moment où il va se rendre compte que depuis plusieurs saisons, ça devient chaque fois un peu plus compliqué." 

La dernière victoire de Rossi en Grand Prix remonte au juin 2017, c'était à Assen au Grand Prix des Pays-Bas. Au départ du Grand Prix du Qatar, il y aura 1372 jours qu'il n'a pas gravi la plus haute marche du podium, une éternité. Aller décrocher une 90éme victoire dans la catégorie, c'est ce que tous ses fans espèrent en 2021.

Le Grand Prix du Qatar, ce sera sur Auvio et Tipik le dimanche 28 mars à partir 16 heures.

Articles recommandés pour vous