Jupiler Pro League

Mouscron relégué : De club "si sympathique" à incarnation du "pire visage du foot-business"

Marko Bakic en pleurs

© Belga

19 avr. 2021 à 11:00Temps de lecture1 min
Par Erik Libois

C’est la chronique d’un enterrement si souvent annoncé. Depuis quatre saisons, Mouscron sauvait chaque fois sa tête par miracle, soucis sportifs et de licences, procédures judiciaires en tous genres. Un club qui, depuis sa faillite fin 2009, n’a plus jamais retrouvé ni âme, ni continuité.


►►► À lire aussi : Scénario catastrophe pour Mouscron, relégué en D1B

►►► À lire aussi : "En vendant son âme, cela ne peut jamais bien se terminer"


Simple vitrine pour agents de joueurs en tous genres, vulgaire satellite d’écuries juste soucieuses d’exposer leurs propres joueurs, Mouscron est passé sous pavillon lillois, puis maltais, thaïlandais et à nouveau lillois, avec toujours cette sale impression de n’être qu’une gare de triage pour joueurs-marchandises.

Même tableau cette saison : noyau de joueurs bouleversé, investisseur invisible, salaires en retard. Sans licence, le club est condamné à repartir au niveau amateur, sauf à rafler encore le matricule d’un autre, comme jadis avec Péruwelz. 

Mouscron incarne aujourd’hui le pire visage du foot-business, et son cas doit servir de coup de semonce pour un foot belge passé majoritairement sous pavillons étrangers. Aujourd’hui, on dirait presque que la Pro League se réjouit de la bascule de cet Excelsior naguère si sympathique. Il est bien loin le temps du Canonnier, vibrant aux chevauchées des frères Mpenza et des coups de gueule de feu Jean-Pierre Detremmerie.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous