Sexualité

MST et masturbation : le podcast qui brise les tabous à Singapour

MST et masturbation : le podcast qui brise les tabous à Singapour.

© © Tous droits réservés

29 déc. 2020 à 06:00Temps de lecture3 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Avec son podcast qui parle de masturbation ou de maladies sexuellement transmissibles, Nicole Lim a réussi à lancer une conversation qui bouscule les tabous à Singapour.

Sa série de podcasts, intitulée "Something Private" ("Quelque chose d'intime"), répond à un besoin de parler plus ouvertement de la santé et des pratiques sexuelles dans la Cité-Etat et les pays voisins d'Asie du Sud-Est.

Elle propose des interviews sur des sujets allant des violences domestiques à la vie amoureuse des femmes handicapées en passant par le sexe à plusieurs.

Des sujets peu abordés dans la presse

Son audience se compte en dizaines de milliers de téléchargements, surtout à Singapour mais aussi en Indonésie et en Malaisie, où les médias sont traditionnellement assez prudes.

"Je cherchais des informations honnêtes sur la santé et le bien-être sexuel mais quand on lit les magazines féminins qui existent dans cette partie du monde, ça parle surtout de style de vie", explique la jeune femme de 24 ans. "Où sont les médias où l'on peut trouver des conversations plus franches ou des choses plus audacieuses ?"

Les écoles singapouriennes enseignent l'éducation sexuelle dans le cadre du programme officiel mais ce dernier a été critiqué pour son approche traditionnelle, qui encourage l'abstinence avant le mariage.

Nicole Lim s'est décidée à lancer son podcast l'an dernier après une discussion à propos de santé sexuelle avec une amie atteinte d'herpès, quand elle a réalisé qu'elle ne connaissait pas grand-chose sur son propre corps. "C'est choquant, j'ai déjà une vingtaine d'années et je ne connaissais rien sur cette maladie sexuellement transmissible, que j'aurais aussi pu attraper."  Elle a lancé son podcast après sa sortie de l'université et s'y consacre désormais à plein temps.

Libérer les femmes de la honte

Avec des épisodes de 30 à 40 minutes, son podcast s'est vite élargi à une gamme de sujets plus divers.

Récemment, elle a enregistré une interview avec Noorindah Iskandar, écrivaine qui a perdu sa mère d'un cancer du sein. La mère de l'écrivaine, une musulmane dévote, a longtemps caché sa maladie par honte, par peur des médecins et pour épargner sa famille. Elle a tenté de se soigner avec de l'eau bénite et n'a reçu un diagnostic de cancer que 4 jours avant sa mort.

Dans le podcast, elle dispense des conseils aux femmes sur la façon de détecter une possible tumeur. Pour Noorindah Iskandar, ces podcasts sont d'une importance vitale pour "développer la connaissance sur des questions qui sont souvent balayées sous le tapis à Singapour".

"Si l'on ouvre la conversation sur ces sujets tabous, les femmes se sentent moins seules et elles comprennent que ce n'est pas quelque chose de honteux."

Dans l'un de ses podcasts les plus populaires, Nicole Lim raconte ses expériences de masturbation, ce qui a choqué son audience et ses amis. "Quand j'ai réussi à parler ouvertement de mes expériences sexuelles, ça m'a libérée, c'était une émancipation", dit-elle. Par rapport aux Occidentaux, "on est beaucoup plus réservés sur le sexe, on n'en parle pas".

Dans un autre épisode, elle interviewe un gynécologue, qui répond à des questions courantes sur les maladies sexuellement transmissibles, et une femme qui souffre de verrues génitales.

Haute technologie vs conservatisme moral : le paradoxe singapourien

Cette conversation révèle les contradictions de Singapour : une île ultra-moderne sur beaucoup de plans mais dont la société a conservé des valeurs traditionnelles. "Nous sommes une nation très progressiste mais il y a aussi ce côté asiatique conservateur que nous essayons de concilier."

Elle espère avec son émission redonner confiance aux femmes dans une société qui reste profondément patriarcale. "On le voit tous les jours, comme dans les plaisanteries que l'on entend", dit-elle en soulignant que le sexisme est un problème sérieux.

Les peines très légères prononcées cette année contre des étudiants singapouriens qui avaient agressé et harcelé des femmes ont déclenché une vague de protestation et révélé un malaise dans la société singapourienne.

Nicole Lim espère pouvoir éclairer les femmes sur des sujets comme le cancer du sein, sur lesquels elles n'osent pas toujours poser des questions. "Si la peur ou la honte continuent à entourer des sujets peu évoqués ou considérés comme tabous, qu'est ce que l'on fait si ça nous concerne un jour ?"

Sur le même sujet

En mai, c’est le mois de la masturbation

Tendances Première

La masturbation, un plaisir fréquent pour plus d'un tiers des femmes

Sexualité

Articles recommandés pour vous