Monde

Muharrem Ince, principal rival d’Erdogan, lance son propre parti

© AFP – Ziya Koseoglu

18 mai 2021 à 13:22Temps de lecture1 min
Par AFP

Le candidat malheureux de l’opposition lors de la présidentielle de 2018 face au président turc Recep Tayyip Erdogan a lancé mardi un nouveau parti, recomposant ainsi le paysage politique à deux ans d’une nouvelle échéance électorale.

"Nous allons transformer la Turquie", a déclaré Muharrem Ince lors du lancement de son parti Memleket (Patrie) à Ankara où il a formulé des critiques virulentes envers le pouvoir de M. Erdogan, mais aussi, sans la nommer, la formation politique qu’il a quittée, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate).

"Notre opposition est totale à cet ordre basé sur le pillage […]. Le pouvoir n’a pu offrir de solution à aucun problème du pays", a-t-il ajouté. Soulignant qu’il "n’aura pas peur" de mettre l’accent sur la laïcité, il a aussi promis de revenir, s’il était élu, à une politique étrangère "réaliste", jugeant que la diplomatie turque actuelle, souvent belliqueuse, avait été "déviée de son axe".

En tant que candidat du CHP, M. Ince avait obtenu 30,64% des voix à l’élection présidentielle de 2018, remportée par M. Erdogan avec un score de 52,59%. Les prochaines élections générales sont prévues en 2023.


►► A lire aussi : Muharrem Ince, principal rival d’Erdogan, "accepte" les résultats des élections


Vétéran de la politique, à l’élocution et au charisme parfois comparés à ceux du président turc, M. Ince avait réussi à rassembler des foules lors de ses meetings électoraux en 2018.

Mais de nombreux électeurs lui en ont voulu d’avoir, au soir du scrutin, reconnu sa défaite par le biais d’un message envoyé à un journaliste au lieu de faire un discours devant ses partisans.

Représentant l’aile nationaliste du CHP, M. Ince avait, avant de le quitter, vivement critiqué le parti, estimant qu’il n’était pas dirigé de manière démocratique. Trois députés qui avaient démissionné fin janvier du CHP ont aussi rejoint sa nouvelle formation.

Sur le même sujet...

Archive : JT du 09/03/2020

Visite de Recep Tayyip Erdogan à Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Turquie : CEDH condamne à nouveau la Turquie pour la détention de journalistes

Monde

En Turquie, les touristes ne sont pas obligés de respecter les règles de confinement qui s'appliquent aux Turcs

Monde

Articles recommandés pour vous