Cinéma

Musique au générique : "Fame", une émancipation grâce à l’art

Musique au générique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Durant ces vacances, on se replonge dans l’univers des comédies musicales. Dans ce quatrième épisode de "Musique au générique", Philippe Briot nous parle de Fame.

Comme chaque année, les auditions se poursuivent à l’école publique d’art de New York. Acteurs, danseurs, musiciens ou doux rêveurs, ils veulent tous devenir célèbres. Sept cours par jour et un plat chaud, voilà ce qu’on garantit aux chanceux qui intègrent l’établissement.

A la fin de la sélection, huit nouveaux élèves intègrent l’institution. Bruno en section musique, Leroy, Coco, Hilary et Lisa pour la danse, et Ralph, Doris et Montgomery pour la comédie. Ils sont tous issus de milieux différents. Fame raconte leur quotidien et les obstacles qu’ils rencontrent sur un chemin qui ne mènera pas toujours au succès.

La réalisation du film a été confiée à Alan Parker, déjà connu pour Midnight Express. Il va reprendre complètement le scénario pour lui donner une touche sombre et dramatique. Sa réussite, c’est de mettre en scène des moments singuliers de la vie des personnages quand l’apprentissage, le talent et le défi remettent constamment tout en jeu.

Loading...

Le film remplira les salles obscures. Sa musique composée par Michael Gore sera récompensée par un Oscar. Irène Cara, qui tient le rôle de Coco, y interprète trois chansons. C’est elle qui composera quelques années plus tard le morceau Flashdance What a Feeling.

L’histoire du film continuera pendant six saisons au travers d’une série télévisée, mais seuls quelques acteurs y reprendront leurs rôles.

Mais revenons en 1979. Durant le casting du film, Alan Parker va y croiser une jeune femme, danseuse et chanteuse. Elle ne sera pas retenue pour jouer dans Fame. Pourtant, il la retrouvera 16 ans plus tard. Entre-temps, elle est devenue célèbre et il lui donnera le rôle principal dans son film Evita, son nom : Madonna.

A l’image de la scène où les élèves sortent de l’école pour venir danser sur les voitures dans la rue, Fame nous parle de jeunes femmes et hommes libres qui cherchent à échapper à leur condition sociale et s’émanciper grâce à l’art. Dans la longue liste des comédies musicales, Fame occupe une place à part. Alan Parker nous montre ici la vraie vie, avec des vrais gens, loin du glamour et du romantisme hollywoodien.

Inscrivez-vous à la newsletter à la Chronique de Hugues Dayez

Chaque mercredi, recevez dans votre boîte mail la chronique du spécialiste Cinéma de la RTBF sur les sorties de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous