RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Nabucco, l’opéra qui a marqué l’histoire de Verdi et de l’Italie

Qui ne connaît pas le compositeur italien Giuseppe Verdi et l’hymne Va pensiero que nous lui devons ? Ce 9 mars 2022, nous célébrons les 180 ans de la création de l’opéra qui a marqué sa carrière, Nabucco. Créé en 1842, cet opéra oppose les Babyloniens, dirigés par le roi Nabucco aux Hébreux et leur prêtre Zaccaria. Tragédie héroïque oblige, Nabucco met également en scène un couple victime d’un amour impossible, Ismaël, neveu du roi de Jérusalem et Fenena, fille de Nabucco. 180 ans après sa création, revenons sur l’histoire de cet opéra.

D’Oberto à Nabucco

Giuseppe Verdi est le compositeur italien qui a marqué la deuxième moitié du XIXe siècle. Né en 1813 et mort en 1901, Giuseppe crée un nouveau modèle d’opéra italien après Rossini, Donizetti et Bellini. Ce statut, il le doit notamment à Nabucco.

Giuseppe Verdi a 26 ans quand il compose Oberto, son premier opéra. Sa première représentation lieu en novembre 1839 à la Scala. Le succès auprès du public est immédiat, Bartolomeo Merelli, impressario de la Scala, décide donc de programmer quelques représentations supplémentaires pour le jeune Giuseppe. En parallèle, Merelli commande au compositeur deux autres opéras. Verdi se lance alors dans l’écriture d’une œuvre comique Un giorno di regno.

Portrait de Giuseppe Verdi (1813-1901)
Portrait de Giuseppe Verdi (1813-1901) © Fine Art Images

Début 1840, Giuseppe Verdi se lance dans la composition de son premier opéra-comique. Pressé par Merelli qui souhaite présenter cet opéra buffa dans la saison 1840 de la Scala, Verdi travaille d’arrache-pied. Durant cette période, en juin 1840, l’épouse du jeune compositeur décède d’une méningite fulgurante. Période particulièrement malheureuse pour Verdi qui après avoir perdu ses deux enfants, perd également la femme qui partage sa vie.

Notre compositeur endeuillé poursuit l’écriture d’Un giorno di regno et présentera cet opéra en septembre 1840 à la Scala. La première et unique représentation de cet opéra buffa fut un échec cuisant. La Scala retire le soir même l’opéra de Verdi de l’affiche. La perte de sa femme et de ses deux enfants ainsi que son humiliation professionnelle poussent le compositeur à ne plus rien écrire, il décide de mettre fin prématurément à sa carrière.

Mais, début 1841, Bartolomeo Merelli convainc Verdi de s’essayer une dernière fois à la composition d’opéra. Verdi se lance donc dans la mise en musique d’un livret de Temistocle Solera, Nabucco.

Le 9 mars 1842, Nabucco est présenté pour la première fois à la Scala de Milan. C’est le 3e opéra de Verdi, Merelli a eu raison de croire en lui, ce soir-là, le succès est au rendez-vous. Verdi et son opéra Nabucco triomphent, cet événement marque le début de la carrière prolifique du jeune Giuseppe.

Mais que raconte cet opéra ?

Nabucco raconte l’histoire d’un amour interdit, sur un fond teinté de guerre et de pouvoir. Le roi Nabucco et son peuple assiègent Jérusalem. Le peuple juif se retrouve réduit en esclavage mais détient la fille de Nabucco, Fenena. Le grand prêtre des juifs, Zaccaria, menace de tuer Fenena si le roi des Babyloniens ne fait pas machine arrière. Mais Fenena aime Ismaël, neveu du roi de Jérusalem. S’ajoute à cette tragédie la demi-sœur de Fenena, Abigaille, qui s’avère être, elle aussi, amoureuse d’Ismaël.

Scene from the Opera Nabucco
Scene from the Opera Nabucco © Tous droits réservés

Nabucco met en scène un peuple opprimé. À cette époque, l’Italie est divisée, opprimée par d’autres peuples et souhaite se réunifier. En musique cela se manifeste par la promotion de l’opéra par opposition à la musique instrumentale, associée à l’occupant germanique. En posant ces choix artistiques et esthétiques, les Italiens appuient leur désir d’unité et marquent les prémisses du Risorgimento (unification italienne).

L’occupant, conscient de l’enjeu qui se cache derrière le développement d’une musique italienne, instaure une série de censures. La création d’œuvres pouvant attiser les aspirations révolutionnaires italiennes est donc interdite. Pourtant, c’est à cette époque et dans ce contexte que Verdi met en scène un peuple opprimé. En composant la musique de Nabucco, Verdi pose un choix politique et se positionne à l’encontre de la censure.

Verdi devient donc un compositeur "engagé", en opposition à l’ordre social et politique de son époque. Mettant en scène des héros révolutionnaires qui combattent l’oppression, Nabucco devient le symbole de l’art italien et du désir d’unité en Italie. Véritable symbole, le chœur du troisième acte, Va pensiero est aujourd’hui un hymne à la liberté.

Nabucco propose un parallèle entre la situation des Hébreux captifs à Babylone et celle de l’Italie occupée par les Autrichiens. En composant Va pensiero, Verdi offre aux Italiens un chant d’espérance. Les Italiens se reconnaissent dans ce chœur où le peuple juif, captif à Babylone, chante son pays. Une mélodie simple et pure qui devient, dès sa première représentation, un symbole de l’unité des Italiens. Aujourd’hui, ce "second hymne national" a franchi les frontières et exprime la douleur de toutes les oppressions.

Loading...

Sur le même sujet

L’opéra comme outil de révolution, de Nabucco de Verdi à la Muette de Portici d’Auber

Musiq3

L’opéra italien prochainement inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco ?

Journal du classique

Articles recommandés pour vous