Regions Bruxelles

Naître le 1er janvier plutôt que le 2, cela peut (fiscalement) rapporter gros

Certains parents demanderaient parfois aux équipes hospitalières de tenter de provoquer la naissance avant le 1er janvier 23h59

© ASAP

31 déc. 2021 à 16:02Temps de lecture3 min
Par Bruno Schmitz (avec C. Dath et D. Delhalle)

Dans certaines familles, on s’attend peut-être à un heureux événement dans les heures qui viennent. Une naissance à venir qui s’accompagne quelques fois de requêtes un peu plus surprenantes. Des futurs parents demandent parfois aux équipes médicales d’essayer que la naissance ait lieu le 1er janvier au soir plutôt que le lendemain. "Je ne dirais pas que c’est systématique, loin de là. Mais c’est vrai que de temps en temps ça arrive", confie Pascal Vandenhouweele. Il est responsable infirmier et sages-femmes à l’hôpital Iris-Sud d’Ixelles, en Région bruxelloise.

Certains de ses collègues lui ont confirmé avoir déjà reçu explicitement pareilles demandes de futurs parents. Dans son cas à lui, c’était un peu plus subtil. "Je me rappelle avoir entendu, dit un peu sur le ton de la blague que, pour finir, c’était une bonne chose que cet enfant soit né en toute fin d'année, plutôt que la suivante, en vue de la déclaration d’impôt".

Et oui, l’avantage espéré dans ce cas est fiscal. Une naissance au plus tard le 1er janvier à 23h59 permet aux parents de remplir leur déclaration d’impôt suivante comme si l’enfant avait déjà été à leur charge durant toute l’année écoulée. "Et un enfant à charge donne droit à une réduction d’impôt aux parents", explique Marc Van Thournout, expert-comptable fiscaliste et membre du Conseil de l’ITAA, l’Institute for Tax Advisors and Accountants. "Imaginons que c’est le premier enfant. Vous aurez alors une réduction de votre base fiscale de 1650 euros. Cela passe à 4240 euros de réduction pour le deuxième (+2590 € pour le deuxième) et 9500 euros avec le troisième, soit un supplément pour le troisième enfant de 5260 €. A partir du quatrième enfant, ce sera 5860 € d’avantage.

On peut évaluer la différence en net pour un couple avec plus de 20.000 € de revenus imposables à 1034.16 € pour le premier enfant, 981.19 € pour le deuxième et 2251.28 € pour le troisième".

Et il n’y a pas que la partie "personnes à charge" de la déclaration fiscale…

Un autre avantage fiscal vient se greffer au premier. "L’autre avantage, si l’enfant naît fiscalement dans l'année précédente, c’est que vous aurez une réduction forfaitaire de 610 euros à 45% sur votre déclaration fiscale parce que c’est un enfant de moins de trois ans et que vous n’avez pas rentré de déduction pour les frais de crèche". Chaque année, un ménage dont l’enfant a moins de trois ans a le choix sur sa déclaration fiscale : il peut bénéficier d’un forfait de 610 euros ou d’une réduction maximum de 13,70 euros par jour de crèche soit un avantage de maximum 6165 € / jour. Depuis 2020, les conditions ont aussi été modifiées et la limite de base de 12 ans est passée à 14 ans.

Bref, au final, un joli cadeau fiscal global. Bien sûr, les hôpitaux précisent qu’un accouchement ne sera jamais provoqué plus tôt s’il y a un risque au niveau santé. Des hôpitaux qui ajoutent que, parfois, les équipes médicales tentent aussi de ralentir ou d’accélérer un accouchement à la demande des parents pour d’autres raisons. Par exemple, parce que cette date correspond à un mauvais souvenir familial, comme le décès d’un proche.

L’expert-comptable Marc Van Thournout ajoute, lui, avec le sourire : "c’est une boutade, mais malheureusement l’enfant qui naît en toute fin d'année, il aura toujours les mêmes cadeaux que les cadeaux de réveillon. Et cela, ça compte aussi". De nombreuses personnes nées le 31 décembre, le 1er ou le 2 janvier se reconnaîtront sans doute dans cette affirmation, d’autant que Pascal Vandenhouweele, de l’hôpital d’Ixelles ajoute que "la toute fin de l’année est une période où il y a en général plus de naissances qu’à d’autres moments. Il faut croire qu’aux alentours du mois de mars et dans les mois d’hiver, les gens sont plus "proches" les uns des autres". Là aussi, le responsable infirmier le confie avec un grand sourire dans la voix.
 

Sur le même sujet:

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous