Regions

Naninne : une nouvelle crèche pour enfants à besoins spécifiques

© © Valentin Lecocq

14 avr. 2022 à 12:24Temps de lecture2 min
Par Valentin Lecocq

C’est une crèche unique qui a récemment ouvert à Naninne. Baby Bulle est un établissement réservé aux enfants à besoins spécifiques. Il s’agit d’une des seules crèches de ce genre en Province de Namur.

Située en plein zoning industriel, cette institution accueille quatre enfants âgés entre 0 à 6 ans. L’équipe se compose d’une infirmière, d'une puéricultrice, d’une kiné, d’une logopède et d’une ergothérapeute, afin de permettre d’avoir une vision pluridisciplinaire pour répondre le plus possible aux besoins spécifiques de chaque enfant.

Les milieux d’accueil classique ne sont pas suffisamment équipés, ne sont pas adaptés en termes de moyen humain pour pouvoir prendre en charge ce type d’enfants”, confie Isabelle Rossignol, directrice de la crèche Baby Bulle.

Un long combat pour être agréée

C’est suite à ce constat qu’elle s’est lancé dans ce projet à partir de janvier 2019. La mise en place cette crèche a été un véritable parcours du combattant. Il a ainsi fallu près de deux ans de procédures pour être officiellement reconnu. En cause, un véritable jeu de ping-pong entre l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) et l’Agence wallonne pour une vie de qualité (AVIQ). Finalement, la crèche a été agréée en début d’année par l’AVIQ. “Cela nous a permis de proposer une participation parentale de 6,89 euros par jour couvrant l’ensemble des soins prévus. Sans cette reconnaissance, ça aurait été 45 euros par jour ce qui est énorme”, explique Isabelle Rossignol.

 

Un sentiment d’abandon

Pour les parents, l’ouverture de cette crèche a été un énorme soulagement. C’est le cas de Simon, papa de Valentin, un enfant de 16 mois atteint d’une maladie rare qui l’empêche de se développer correctement. Il a notamment des difficultés à déglutir et a une sonde directement dans son estomac. "L’ouverture de cette crèche, c’est ce qui est arrivé de mieux. Nous ne venons pas du tout du milieu de la médecine. Nous n’avons pas les capacités pour s’occuper d’un enfant ayant une pathologie aussi lourde. Pour nous, c’est aussi un grand bol d’air. On peut se concentrer sur nos vies professionnelles", explique-t-il.

Un constat que partage que Valérie, maman de Jade, 19 mois, atteint d’un retard psychomoteur. "Avant, je devais faire énormément de kilomètres pour aller chez le kiné avec la petite. Mais ici, elle a tout sur place et a un suivi journalier. Ça me permet aussi de me ressourcer. C’est un soulagement qu’il y ait enfin un établissement de ce type en province de Namur", confie-t-elle.

Ce soulagement généralisé s’explique par l’absence d’infrastructures adaptées pour les très jeunes enfants atteints de handicap. "À part cette crèche, rien n’existe dans le Namurois. On se sent totalement abandonné par rapport à l’accueil de nos enfants. Il y a un vide total", regrette Emanuelle, maman de Léo-Paul, un enfant de trois ans atteint d’autisme.

Léo-Paul et sa maman dans le jardin de la crèche.
Léo-Paul et sa maman dans le jardin de la crèche. © Valentin Lecocq

Afin de répondre à la demande, la crèche Baby Bulle compte petit à petit s’agrandir afin d’accueillir davantage d’enfants dans le besoin.

Articles recommandés pour vous