RTBFPasser au contenu
Rechercher

Environnement

Nasa : des milliers de super-éruptions volcaniques confirmées sur Mars

17 sept. 2021 à 17:30Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

La Nasa confirme l’existence de milliers de super-éruptions sur le sol martien il y a environ 4 milliards d’années sur une période de 500 millions d’années.

En étudiant la topographie et la composition minérale d’une partie de la région d’Arabia Terra dans le nord de Mars, des scientifiques ont récemment trouvé des preuves de milliers de super éruptions, les explosions volcaniques les plus violentes connues. Des éruptions qui ont lâché de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone et du dioxyde de soufre et qui auraient pu créer une atmosphère viable à Mars, comme expliqué dans un article pour la revue Geophysical Research Letters en juillet 2021.

"Chacune de ces éruptions aurait eu un impact climatique significatif – peut-être que le gaz libéré a rendu l’atmosphère plus épaisse ou a bloqué le Soleil et a rendu l’atmosphère plus froide", a déclaré Patrick Whelley, géologue au Goddard Space Flight Center de la NASA dans un communiqué.

Des super-éruptions ou des impacts d’astéroides ?

Les super-éruptions sont donc des éruptions volcaniques hyper violentes, qui explosent en libérant l’équivalent de 400 millions de piscines olympiques de roches en fusion et de gaz pour ensuite s’effondrer sur lui-même en un trou géant appelé caldeira (qui existent également sur Terre).


Lire aussi : La Nasa aurait-elle amené la vie sur Mars ?


Les caldeiras qui ont été découvertes dans la région d’Arabia Terra sur Mars ont longtemps été confondues avec des impacts d’astéroïdes qui auraient laissé des cratères géants. Cependant, depuis 2013 des scientifiques avaient émis l’hypothèse que cela pourrait être des caldeiras car les formes n’étaient pas assez rondes pour être des cratères d’astéroïdes et il y avait également des signes d’effondrement, comme l’explique InterestingEngineering.

Nasa/JPL-Caltech/ASU

Des milliers de super-éruptions explosives dans une seule région

Pour pouvoir décrypter le vrai du faux, l’équipe de Patrick Whelley s’est mise à la recherche de cendres dans la région, ce qui confirmerait une des théories. L’équipe a utilisé des images du spectromètre d’imagerie de reconnaissance compact du Mars Reconnaissance Orbiter pour identifier les minéraux à la surface et ainsi voir s’ils correspondent à ce que l’on peut attendre après une super-éruption.

En superposant les données minérales recueillies sur les cartes topographiques des canyons et des cratères créés par l’équipe, les scientifiques ont pu voir que les couches de cendres étaient très bien conservées. De là, en utilisant la taille supposée des volcans (calculé par l’équipe de scientifiques de 2013 en fonction de la taille des caldeiras), l’équipe de Patrick Whelley a calculé le nombre de super-éruptions qu’il a fallu pour produire la masse de cendre découverte sur les cartes : des milliers.

La question qui reste en suspens c’est comment (et pourquoi) ces super-éruptions n’avaient lieu que dans cette région de la planète ?

"Les gens vont lire notre article et se dire : 'Comment ? Comment Mars a-t-il pu faire ça ? Comment une si petite planète peut-elle faire fondre suffisamment de roches pour alimenter des milliers de super-éruptions en un seul endroit ?' J’espère que ces questions susciteront de nombreuses autres recherches."

Loading...

Sur le même sujet

Comment la musique de Debussy sonnerait sur la planète Mars ?

Journal du classique

Elon Musk explique pourquoi on ne peut pas aller sur Mars aujourd’hui

Environnement

Articles recommandés pour vous