RTBFPasser au contenu

Natation

Natation artistique : si cette discipline est "artistique", l’Art est bien difficile !

Natation artistique: l'Art est difficile

Natation artistique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce dimanche 1er mai, les championnats de natation artistique (jadis appelée natation synchronisée) se disputent à Nivelles. L’équipe de l’Ecole de Natation de Nivelles (ENN) prépare ce rendez-vous depuis plusieurs mois. A la fois gymnastique, danse et natation, cette discipline est particulièrement complète. A l’entraînement, ces jeunes femmes nous ont impressionnés. Elles nous expliquent les souffrances et les plaisirs de ce sport si exigeant.

NATATION-EURO-RUSSIE
NATATION-EURO-RUSSIE © Tous droits réservés

Céleste, Liza, Victoria, Elise, Levana et les autres.
L’équipe de Natation artistique de Nivelles est en pleine préparation des prochains championnats de Belgique. Un entraînement mêlé de rires et de grimaces. C’est "hard" et "fun" en même temps.

La natation artistique, autrefois appelée Natation synchronisée, est une discipline olympique à part entière.
Le top niveau de performances est inaccessible pour nos Belges. Et même une chorégraphie de niveau national exige de nombreuses années de travail, trop parfois.

Une des deux entraîneures, Chloé Herckenrath explique "La route est très très longue, ça demande énormément d’efforts. C’est pour cela que parfois des filles perdent leur motivation, parce que la progression est lente. A nous, les coaches, de les encourager, d’organiser des petits challenges, pour les booster".

L’apnée, le cœur qui bat la chamade, le stress et… la gélatine, elles n’aiment pas.

Une chorégraphie, c’est 3' d’efforts soutenus, la moitié du temps en apnée et la tête à l’envers. A la fin d’une épreuve, les pulsations cardiaques sont à 170-180, comme à l’arrivée d’un 400 m, et les muscles picotent parfois. Puis il y a certaines contraintes qui entourent la pratique de cette discipline.
Si c cette discipline est "artistique", l’art est bien difficile !

Marie : " C'est super complet : on nous demande d’être souples, endurantes, fortes, tout en même temps. Et en plus on doit sourire, même si on est mortes à l’intérieur".

Léa : " Ce qui est difficile pour moi c’est de gérer mon stress et de rester concentrée sur mes temps et mes repères".

Ysaline :" Moi c’est l’aspect technique. Il faut savoir que si une des huit "foire" au niveau technique, c’est zéro pour toute l’équipe".

Sasha :" L'apnée et le cardio sont les principaux obstacles. Et aussi la gélatine (en compétition), parce que ça pue !".

Elisa :"Le plus difficile pour moi ? Arriver à l’heure aux entraînements !".

L’esprit d’équipe, le côté ludique, le dépassement de soi, la variété des qualités demandées, elles kiffent.

Toutes ces jeunes femmes travaillent ou sont aux études, mais elles s’entraînent 2 à 3 fois par semaine en vue des prochains championnats. Pour Nivelles ce projet d’une équipe de compétition est récent, il est exigeant, mais il les passionne.

Marie :" J’adore être en équipe, et si un jour une d’entre nous bat de l’aile, les autres sont là pour le relancer".

Léa :" On doit se dépasser, notamment pour ne pas pénaliser les autres. A chaque entraînement, quand on souffre en apnée ou en cardio, on sait qu’on doit dépasser ça".

Ysaline:"Ca me permet de faire du sport avec des filles que je connais et que j'apprécie depuis  plus de dix ans".

Elisa :" J’adore l’esprit ludique : on enregistre des techniques, des consignes, des temps. Puis on doit les exécuter dans l’eau et ensemble. Une partie hors de l’eau, une partie dans l’eau. Ça fait vraiment fonctionner le cerveau, ce n’est pas juste un sport de muscles".

Championnats d'Europe 2018 à Glasgow - équipe de Turquie - épreuve technique
Championnats d'Europe 2018 à Glasgow - équipe de Turquie - épreuve technique AFP or licensors François Xavier Marit

Dans cette discipline il n’y a donc pas besoin de prester à haut niveau pour prendre du plaisir, ni pour souffrir. Et quel que soit leur classement ce dimanche, ces sportives nous auront bluffés durant les championnats d'Europe 2018 à Glasgow.

Articles recommandés pour vous