RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nations League - Foot

Nations League : L'Italie retrouve des couleurs contre la Hongrie, l'Allemagne et l'Angleterre se neutralisent

Manuel Neuer et Harry Maguire dans les airs
07 juin 2022 à 21:01Temps de lecture2 min
Par AFP (édité par Cédric Lizin)

L'Italie a retrouvé des couleurs et un enthousiasme oublié pour dominer la Hongrie (2-1), mardi à Cesena, lors de la deuxième journée de la Nations League, en profitant du vent frais apporté par quelques nouvelles têtes comme Wilfried Gnonto.

Dans l'autre rencontre du Groupe 3 de la Ligue A, l'Allemagne et l'Angleterre ont partagé l'enjeu (1-1).

Pour ouvrir le score, Kimmich a trouvé Hofmann isolé dans la surface anglaise, et l'attaquant allemand s'est retourné pour fusiller Pickford, dont la main s'est dérobée face à l'envoi puissant de son adversaire (51' 1-0).

L'égalisation est venue tardivement, à la suite d'une faute de Klostermann sur Kane dans la surface. L'attaquant anglais s'est fait justice lui-même en transformant le penalty (88' 1-1) pour offrir à l'Angleterre son premier point de la compétition. 

En Italie, le soutien en tribunes d'une bruyante colonie de supporters n'a pas suffi aux Magyars pour confirmer leur victoire initiale surprise contre l'Angleterre (1-0).

L'entraîneur italien de la Hongrie Marco Rossi, ex-partenaire du sélectionneur azzurro Roberto Mancini dans les années 1990 à la Sampdoria, avait pourtant reconduit une équipe quasi-identique, avec pour seul changement le gardien Dénes Dibusz.

Ce dernier a sorti une belle manchette sur une tête de Gianluca Mancini (21') mais n'a rien pu sur la superbe frappe en lucarne de Nicolo Barella (30').

Ce but a récompensé une belle première période d'Italiens ayant retrouvé cette fraîcheur qui leur avait permis de briller à l'Euro, évanouie ensuite lors des désastreuses qualifications pour le Mondial 2022.

Comme contre l'Allemagne (1-1) samedi, Roberto Mancini a décidé d'ouvrir en grand les portes en offrant sa première titularisation à Gnonto, 18 ans, trois jours après son entrée tonique contre la Mannschaft.

L'attaquant du FC Zürich a été titularisé à gauche d'un trident offensif de poche, avec Giacomo Raspadori et Matteo Politano, à l'avant d'un onze reposant sur un solide noyau de la Roma (Mancini, Cristante, Spinazzola et Pellegrini).

Choix payant puisque la Nazionale a fait le break juste avant la pause. Pellegrini, trop altruiste deux minutes plus tôt seul devant le but, s'est rattrapé en concluant un centre en retrait de Politano (45').

L'Italie a été moins brillante en seconde période, rattrapée à la fois par le manque d'efficacité qui lui a coûté sa place au Mondial, la malchance (barre de Politano, 55'), et la fatigue.

Et Gianluca Mancini s'est chargée de ranimer les espoirs hongrois en détournant dans ses filets un centre de Attila Fiola (60'). Gianluigi Donnarumma, capitaine impeccable par ailleurs malgré un doigt blessé, notamment devant les nombreuses tentatives du remuant Roland Sallai, n'a rien pu.

Mais avec son enthousiasme retrouvé, l'Italie a su défendre sa courte avance. Cette victoire convaincante ne la remettra certes pas dans l'avion pour le Qatar, mais elle lui redonne un horizon et du moral avant d'aller défier samedi une Angleterre revancharde un an après la finale de l'Euro.

Au classement, l'Italie fait la bonne opération en s'emparant de la première place avec 4 points. Suit la Hongrie, qui a battu l'Angleterre lors de son premier match et compte 3 points, puis l'Allemagne (2 points), et enfin l'Angleterre (1 point).

Loading...
Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

Articles recommandés pour vous