Nicolas Juncker s'expose au Musée de la Bande Dessinée à Bruxelles

seules à Berlin

© Casterman

04 juil. 2020 à 05:30Temps de lecture2 min
Par Jacques Schraûwen

Se rendre dans un musée, aujourd’hui, c’est montrer tout l’intérêt qu’on a pour la culture, pour notre patrimoine…

Seules à Berlin
Seules à Berlin Schraûwen

Et la bande dessinée, en Belgique, est incontestablement patrimoniale ! Avec un " musée " qui mérite, assurément, que les Belges le découvrent, ou le redécouvrent.

Et l’occasion vous en est donnée jusqu’en septembre, pour y découvrir les planches originales d’un excellent livre : " Seules à Berlin ". Un livre qui nous trace le portrait d’une rencontre improbable et pourtant tout à fait plausible : celle d’une Berlinoise qui survit, confrontée aux horreurs de la juste après-guerre, et d’une Russe venue authentifier les restes d’Hitler. Je parle d’une rencontre improbable… Mais ces deux femmes ont existé, réellement, et c’est en imaginant, à partir de leurs réalités, leurs destins croisés que l’auteur, Nicolas Junker, a construit une œuvre étrange, prenante, sans aucun manichéisme.

Seules à Berlin
Seules à Berlin Schraûwen

C’est d’amitié, qu’il nous parle, mais sur fond d’horreur, d’horreurs plurielles même, parce que, en cette année 45, à Berlin, l’occupant russe était tout sauf ouvert à une cohabitation avec les habitants, hommes et femmes, tous taxés de nazisme, donc, tous à haïr… Ou à utiliser ! Pour des basses besognes, pour de la prostitution aussi.

C’est un livre tout en grisaille. Avec au bout, pour l’une comme pour l‘autre, pour Evgeniya la Russe et Ingrid l’Allemande, la désillusion. J’ai envie de dire que ce livre, surtout, nous fait le portrait d’une ville dans le quotidien de l’horreur, dans l’horreur aussi du quotidien…

Seules à Berlin
Seules à Berlin Schraûwen

Et donc, si je vous parle de ce livre aujourd’hui, c’est aussi parce qu’on peut admirer les originaux des dessins de l’auteur, Nicolas Junker, à Bruxelles jusqu’au 13 septembre.

Le graphisme de Nicolas Juncker est presque expressionniste… avec des visages réduits à leurs seules émotions, avec des décors travaillés à l’économie pour mieux révéler leurs détresses… Et ces dessins-là, oui, méritent vraiment d’être vus ! Une exposition au Centre Belge de la Bande dessinée, ce n’est sans doute pas une consécration, mais c’est, pour Nicolas Juncker, un vrai plaisir, une vraie fierté.

Nicolas Juncker

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le centre belge de la bande dessinée… Un musée qui reprend vie…

Avec difficulté, comme tous les organismes culturels qui ne dépendent pas uniquement des subsides officiels… Mais un musée important, dans le pays qui, culturellement, reste historiquement celui de la bande dessinée. Un musée qui multiplie les initiatives pour les mois d’été : avec un jeu autour des fresques bd de Bruxelles, avec des visites guidées en famille, avec des stages d’initiation à la bd pour les enfants… Un musée à défendre, vraiment, à visiter par les belges amoureux de leur patrimoine, de tous leurs patrimoines !

 

Jacques Schraûwen

Seules à Berlin (auteur : Nicolas juncker – éditeur : Casterman – Exposition au CBBD jusqu’au 13 septembre)

Articles recommandés pour vous