L'invité de Viva +

Nicolas Peyrac se livre sur son amitié avec Michel Berger : "Il m’a appris l’élégance, à ne pas parler de soi"

Nicolas Peyrac

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

20 oct. 2021 à 12:53Temps de lecture3 min
Par François Saint-Amand

Serge Van Haelewyn recevait Nicolas Peyrac sur Viva + pour aborder ses concerts acoustiques en Belgique ces 23 et 24 octobre. L’auteur-compositeur-interprète français de 72 ans revient aussi avec un album photos intitulé So Far Away.

Le chanteur et musicien voyageur Nicolas Peyrac fait escale en Belgique pour un concert en solo intitulé Les Acoustiques improvisées.

Il sera en concert :

  • Ce 23 octobre à l’Auditorium Jacques Brel au Ceria d’Anderlecht ► Infos & réservations sur cafedelarue.be ou par téléphone au 0473/50.58.75
  • Ce 24 octobre aux Deux Ours à Modave ► Infos & réservations sur deuxours.be

Il revient également dans une autre discipline artistique, la photographie, avec un album de ses plus belles photos prises depuis 1967, intitulé So Far Away qui paraîtra prochainement.

Une carrière musicale après 6 ans de médecine

Nicolas Peyrac a sorti une vingtaine d’albums au cours de sa carrière. Il s’orientait pourtant vers la médecine mais abandonne ses études pour la musique à sa… 6e année de formation.

"J’ai toujours su que je ne ferais pas quelque chose de standard qui correspondrait aux critères. Mon père a été accepté chez Gallimard en première lecture pour un roman qu’il avait écrit. Pour des raisons économiques, il n’y a pas signé donc je pense qu’il a retransmis sur moi cette frustration. […] Il a eu cette grande phrase qui m’est toujours restée : 'C’est en risquant de rater ta vie à 20 ans que tu es sûr de la réussir'" révèle-t-il.

Cet arrêt soudain a été ainsi bien vécu par son père à qui il doit cette fibre artistique, mais beaucoup moins par sa mère, ingénieure et cheffe de service de physiologie. "Pour elle, son fils devait être docteur. Elle était extrêmement triste que je sois dans la chanson. Un jour, le doyen de la fac de médecine d’Abidjan où elle était cheffe de service lui a lu un article élogieux du Point sur mon premier album. Le fait qu’un médecin parle de moi de cette façon lui a tout d’un coup fait changer d’avis, elle s’est rendu compte que c’était ma vocation".

© Xavier Leoty / AFP

Un grand ami de Michel Berger

Auteur de nombreux textes engagés et poétiques, Nicolas Peyrac a marqué la chanson française dans les années 1970 et 1980. Soulignons les plus fameux, Me parlez pas de couleur, censurée sur presque toutes les radios françaises de l’époque, celle qui pourrait le "représenter le mieux" mais aussi So Far Away From L.A en 1975.

Cette dernière chanson, il a mis un an à l’écrire car il ne trouvait pas le refrain adéquat. "Je m’étais décidé à faire le refrain en anglais avec une faute, car on ne dit pas So Far Ago mais So Long Ago. Comme je voulais faire le penchant avec So Far Away, j’ai mis So Far Ago et c’est resté. À chaque fois que je croisais Joe Dassin, il me disait : 'Tu sais qu’on dit So Long Ago ?' Je lui répondais : 'Je sais je l’ai mis exprès pour la rime'" se souvient-il.

Peyrac a aussi écrit et composé pour des artistes comme Marie Laforêt, Johnny Hallyday ou Gérard Lenorman. Il était également l’ami et le voisin de l’un des plus grands talents de la chanson française, Michel Berger"Il m’a appris l’élégance, à ne pas parler de soi, car il ne parlait jamais de lui" indique-t-il. "Il avait un talent absolument hallucinant. Il était un grand musicien et un énorme mélodiste. Quand il a disparu, cela a changé ma vie. J’étais à Montréal en train de faire un voyage de repérage avant de m’y installer (NDLR : il a vécu pendant 15 ans au Québec) et cela m’a vraiment fait mal car j’ai pensé à toutes les choses que j’avais encore envie de lui dire".

Loading...

Des chansons acoustiques et pérennes

Le public belge pourra donc apprécier l’influence qu’a eue Michel Berger sur certains textes de Nicolas Peyrac. L’auteur-compositeur-interprète âgé de 72 ans sera en effet en concert ces 23 et 24 octobre dans le plat pays.

Ces lives seront très intimistes puisque l’artiste français ne vient qu’avec des instruments acoustiques dans le cadre de ses Acoustiques improvisées. "Il y a un vrai partage avec les gens. J’ai l’impression d’être assis sur leurs genoux et de leur murmurer des mots à l’oreille" décrit-il. "Ce qui date une chanson ce sont les arrangements, le son de l’époque. Quand vous avez une guitare ou un piano et juste la voix si la chanson est nulle, elle sera nulle, mais si elle est sympa, elle touchera d’autant plus les gens qu’il n’y a rien pour la dater ou la faire changer de parcours. Quand vous dites quelque chose et qu’il y a juste une guitare derrière, elle prend une valeur plus importante qu’une chanson recouverte par les arrangements".

Loading...

Écoutez Viva + en DAB + et via le player radio.

Rejoignez la communauté Viva + sur Facebook : facebook.com/groups/vivaplusrtbf

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous