iXPé

Nintendo et l’esport : une relation tumultueuse

MKLeo, vainqueur du grand tournoi Super Smash Bros. lors de l’EVO 2019 à Las Vegas |

© Getty Images North America

C’est un secret pour personne, Nintendo dispose d’un large catalogue de jeux joués par les petits et les grands. Et, c’est un secret pour personne non plus, lorsque ces grands veulent organiser des événements d’esport et demander à Nintendo de les sponsoriser ou même seulement d'autoriser la diffusion de ces événements, la réponse est bien souvent non ; lorsque le big N ne fait pas annuler l’événement.

Mais, évidemment, la situation vient de changer et on vous explique comment.

La Panda Cup est le premier tournoi sponsorisé officiellement par Nintendo |
La Panda Cup est le premier tournoi sponsorisé officiellement par Nintendo | © Panda Cup – Nintendo

On l’apprenait en novembre 2021, Nintendo avait enfin cédé et était devenu le partenaire officiel de la Panda Cup, coupe spécialisée de la scène Super Smash Bros. Une série de tournois se déroulent depuis quelques mois pour mener à la grande finale qui, elle, aura lieu mi-décembre avec un cashprize de 100.000 $ à remporter.

Pour Rappel, Panda est une organisation d’esport spécialisée dans Super Smash Bros. et d’autres jeux de combat, formée en 2015 par d’anciens joueurs professionnels.

 

C’était mieux avant (non)

Il s’agit donc d’une grande première pour l’entreprise nippone. Serrer la main de structures locales d’esport et affubler leur logo sur un événement qui n’est pas de leur facture, c’est assez compliqué pour eux. S’ils le font, c’est peut-être pour éviter de passer pour le vieux grand-père grincheux assoupi dans le canapé après un repas copieux.

Car oui, Nintendo a par le passé démontré de nombreuses fois qu’il pouvait faire annuler tout événement esportif utilisant un jeu de sa firme. En 2013, notamment, le big N voulait causer l’annulation totale de l’EVO (Evolution Championship Series) car il refusait clairement les droits de diffusion de Super Smash Bros. Melee. Au final, l’EVO a quand même pu se dérouler mais le tournoi sur Super Smash Bros. Melee a été retiré du planning. Évidemment, suite à ça, la communauté de joueurs avait fait connaître son mécontentement sur les réseaux via le hashtag #FreeMelee. Ils avaient, en plus, récolté presque 100.000 $ pour la charité, afin de voir le jeu tout de même diffusé. Raté.

Rebelote en 2020 pour le Big House, la série annuelle de tournois orientés sur Smash Bros. Melee puis Ultimate. Les organisateurs de l’événement avaient dû complètement annuler l’entièrement de la compétition.

Loading...

Une fois de plus donc Nintendo a démontré sa force de frappe. Les fans et joueurs étaient complètement déçus. Cependant d’autres donnaient raison à la firme japonaise. En effet, pour cette édition 2020, sur Super Smash Bros. Melee, un mod avait été prévu afin de moderniser le potentiel esportif de Melee. Cependant, ce genre de mod s’installe sur des versions émulées de Melee et donc considérées comme illégales par Nintendo.

Si certains grands joueurs de Smash avaient pris la parole pour déclamer à cor et à cri que Nintendo ne faisait que se tirer des balles dans le pied, les avis étaient un peu plus nuancés dans la communauté des joueurs.

"On adore ce que vous faites, les gars"

Afin que le vieux grand-père grincheux-assoupi-dans-le-canapé-après-un-repas-copieux ne soit pas livré plus tôt que prévu aux crocodiles, Nintendo a finalement accepté de revoir ses positions en novembre 2021, donc, en acceptant de devenir partenaire avec Panda, pour lancer le premier championnat officiel de Super Smash Bros. Comme quoi, les miracles existent.

Loading...

William Trinen, directeur principal en marketing chez Nintendo America a expliqué chez nos confrères d’IGN pourquoi Nintendo avait eu des différends avec les différentes scènes esport et comment ce partenariat avec Panda était une façon de réparer les pots cassés.

Trinen s’explique :

On aime cette communauté de joueurs, on veut la voir prospérer, être forte mais chez nous, chez Nintendo, nous avons aussi nos défis internes à relever.

Et d’ajouter que c’est également un "défi pour Nintendo" lorsqu’ils rencontrent des structures esportives qui essaient de lancer leurs événements sans évoquer la marque ou bien quand ces structures ne les contactent pas ou bien ne leur laisse pas le temps de réagir à leurs demandes.

Alan Bunney, le CEO de Panda, lui se félicite de son partenariat. Selon lui, la présence du big N élève la qualité des événements esportifs : "Nintendo nous donne accès à des assets officiels du jeu, de la marque. Ils connaissent les directives afin de pouvoir soutenir nos événements et, en plus, d’en faire correctement la publicité."

 

Au final, bien que ce partenariat représente un pas de géant pour l’entreprise japonaise et pour la sphère compétitive de Smash Bros, reste à savoir si ce genre d’alliance est un one-shot pour bien se faire voir ou bien si Nintendo continuera de manipuler d’une main de titane tout événement esportif qui n’aura pas bénéficié de son adoubement.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous