Noir Jaune Blues

Noir Jaune Blues : "Un leader fort, c’est une société faible !"

Déclic - Le Tournant

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

C’est l’un des résultats marquants de l’enquête "Noir Jaune Blues", publié par la RTBF et Le Soir et réalisée en collaboration avec la Fondation "Ceci n’est pas une crise" : un Belge sur deux souhaite une gouvernance autoritaire. Les tenants de ce désir d’autoritarisme ne souhaitent plus de corps intermédiaires. Ils veulent un "vrai chef" qui ne soit pas gêné dans son action par des gens non élus (des fonctionnaires, des journalistes, des juges, des lanceurs d’alerte, des intellectuels critiques ou encore des activistes). Cette idée plaît à 59% des personnes interrogées (contre 45% avant la pandémie).

Il y a quelques semaines, pour le grand entretien du PODCAST " Le Tournant " nous avions fait réagir le Premier-Ministre Alexander De Croo à cet enjeu et voici ce qu’il en disait : "Je sais qu’il y a beaucoup de gens et depuis longtemps qui sont tentés par le modèle russe ou le modèle chinois. Mais moi j’ai envie de leur dire : un leader fort, c’est une société faible ! Et ça, ce n’est pas mon objectif ".

"Je veux une société résiliente"

Et le Premier-ministre développe le modèle que lui préconise : "ce que je veux, moi, c’est une société résiliente, forte… Et ça, ça se construit du bas vers le haut et pas du haut vers le bas ! Parce que bon… Moi je veux bien comparer avec la Russie : c’est un pays où l’espérance de vie est de dix ans plus courte qu’ici, ou plus d’un million de personnes ont tenté de fuir le pays, où l’on met en prison les personnes qui ont des opinions différentes…"

Oser défendre la démocratie

Alexander De Croo fait le même exercice de comparaison avec la Chine : "Pendant la pandémie, on disait : regardez comme c’est bien géré en Chine. Et qu’est-ce qu’on voit ? Aujourd’hui il y a toujours des lock-down en Chine… En occident, on a toujours tendance à douter de nous-même. Et c’est vrai que la démocratie c’est toujours quelque chose de lent, de complexe… Parce qu’il faut se parler, écouter ceux et celles qui proposent des solutions différentes, parfois on se dispute mais heureusement avec des mots et pas avec des armes et on prend le temps de construire des consensus, des équilibres souvent compliqués. Mais c’est la condition pour avoir une société forte et on doit oser aujourd’hui, défendre notre modèle démocratique !".

Si vous souhaitez écouter cet entretien dans la longueur, pour le PODCAST "Déclic – Le Tournant", il est toujours disponible sur Auvio et sur vos plateformes de téléchargement.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous