RTBFPasser au contenu
Rechercher

La passion selon...

Nom de code, BACH : Jean-Sébastien Bach, pionnier du cryptogramme musical

23 févr. 2022 à 07:08Temps de lecture2 min
Par Céline Scheen

Son nom est Bach, Jean-Sébastien Bach ! La soprano Céline Scheen nous en dit plus sur la carrière d’agent secret du compositeur emblématique de la musique baroque.

Alors, nous vous arrêtons tout de suite, Jean-Sébastien n’était pas un espion au service du Saint-Empire. Mais le compositeur avait plus d’un tour – de musique – dans son sac. Bach a notamment employé sa propre signature codée en notes dans plusieurs de ses œuvres. Était-ce une chance de s’appeler Bach et de porter un nom entièrement transposable en musique ? Disons plutôt que ce petit jeu musical est une preuve – parmi tant d’autres – de son génie.

Bach, expert et pionnier du cryptogramme musical

Bach. B.A.C.H… Quatre lettres et quatre notes parsemées dans son œuvre ! D’une signature sonore, le B.A.C.H s’érige en véritable symbole artistique !

Il faut savoir qu’aux syllabes latines du solfège francophone, le solfège anglophone préfère les lettres de l’alphabet : La. Si. Do. Ré. Mi. Fa. Sol. pour A.B. C. D. E. F. G.

En Allemagne sont rajoutées quelques subtilités à ce principe, le B désigne le si bémol, le H le si bécarre, et un simple S remplace souvent le Es du Mi bémol.

Jean-Sébastien Bach dispose donc de 9 sons à partir desquels coder tout ce qu’il souhaite, noms, initiales, codes, messages subliminaux…

Il va donc dissimuler dans son œuvre le motif tiré de son nom BACH, à savoir, Si bémol – La – Do – Si bécarre !

Ce motif représente une véritable signature musicale qu’il a employée sciemment, intégralement ou transposée en conservant les intervalles.

C’est dans la sonate BWV 966 qu’on découvre le motif, il suivra dans diverses pièces religieuses, comme la Passion selon Saint Mathieu, la cantate "Von Himmel hoch" BWV 769, ou dans l’art de la fugue, dans le contrepoint 14 inachevé, dans le troisième sujet de la fugue à 3 sujets…

Un motif devenant un hommage au maître de Leipzig

A l’instar de Bach, expert et pionnier du cryptogramme musical, de nombreux compositeurs vont utiliser les lettres de leur nom cachées dans la musique.

Depuis la première moitié du XIXe siècle, certains utilisent ce même motif BACH en hommage au maître de Leipzig. D’abord on le voit passer chez Mozart et Beethoven, et plus récemment dans la musique d’Aperghis ou de Schnittke !

Liszt écrit "Fantasie und Fuge uber das Thema Bach" pour piano.

D’autres ont choisi de s’inspirer de lui en signant leurs œuvres avec leur propre nom. Mais tous n’auront pas la chance d’avoir un nom en 4 lettres avec des équivalents en notes. Certains ont dû donc user de subterfuges et d’abréviations…

L’exemple le plus connu est celui de Dimitri Chostakovitch, qui lui, a signé D. S. C. H. traduit Ré. Mi bémol. Do. Si bécarre. Que l’on distingue très clairement seul au tout début de son huitième quatuor à cordes. Ce sera d’ailleurs le sujet de la chronique de Clément Holvoet ce jeudi 24 février, à la veille du week-end Shostakovich.

Les messages cryptés dans la musique de Schumann

Schumann choisira S. C. H. A., soit Mi bémol. Do. Si bécarre. La., dans "Carnaval" et "Faschingschwank aus Wien".

Schumann porte le procédé à son comble, parsemant ses pièces de messages cryptés. Dans son Lied "Waldgesprach" destiné à sa future femme Clara, les basses Mi Si Mi dessinent et écrivent le terme allemand EHE qui veut dire mariage, et la partie centrale est en Do Majeur, en référence au C de Clara.

Alban Berg, intégrant le motif au langage sériel nouvellement élaboré, utilise A. B. H. F. (La. Si b. Si. Fa. ) dans "Lyrische Suite" ; Franz Schubert F. S. C. H. (Fa. Mi b. Do. Si. ) ; Arnold Schonberg S. C. H. B. E. G. (Mi b. Do. Si. Sib. Mi. Sol. ) ! Bêla Bartok B. E. B. A. ; John Cage C. A. G. E. …

Il est parfois difficile de distinguer ces signatures à la première écoute ou à l’oreille, elles passent inaperçues et sont le plus souvent imbriquées génialement à la structure musicale.

Sur le même sujet

Savez-vous pourquoi Jean-Sébastien Bach a été jeté en prison en 1717 ?

Telle est la question !

Venus et Adonis de John Blow, la première pièce anglaise entièrement chantée

La passion selon...

Articles recommandés pour vous