RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Notre capacité à assimiler l’alcool évolue-t-elle vraiment avec l’âge ?

Senior et alcool : comment la consommation d’alcool évolue elle avec l’âge ?
17 déc. 2021 à 19:30Temps de lecture2 min
Par Nicolas Evrard et Daphné Fanon

À l’approche des fêtes et surtout, des lendemains de veille, nous ne sommes pas à l’abri d’une gueule de bois. Et face à l’alcool, nous ne sommes pas tous égaux, notamment en fonction de notre âge. Avec les années, on souffre par exemple moins de la gueule de bois, mais on est plus vite enivré. Explications de Nicolas Evrard journaliste pour "Plus Magazine" et chroniqueur dans "La Grande Forme."

À Noël, on a beau ne pas être un fêtard invétéré, autour d’une bonne table, on va parfois avoir tendance à se laisser un peu aller. Le champagne est bon, le vin s’accorde à merveille avec le plat. On est bien tenté de reprendre un petit verre. Ou deux. A Noël ou à Nouvel An, il n’est pas si rare qu’on se retrouve un chouïa pompette. Sur le coup, c’est drôle. Ça l’est parfois beaucoup moins le lendemain, quand la gueule de bois fait son apparition. C’est la barre, le mal de tête et même les nausées. Mais saviez-vous que la probabilité de souffrir le lendemain de la veille dépend entre autres de notre âge ?

La gueule de bois, c’est quoi ?

Le mécanisme de la gueule de bois reste un peu mystérieux. Mais on sait désormais que l’apparition ou non de la gueule de bois dépend de plein de facteurs. Des boissons ingérées, par exemple. Plus étonnant, les chercheurs ont aussi découvert que les grands guindailleurs ne sont pas immunisés. Au contraire, ceux-ci ont même tendance à souffrir plus que les autres.


►►► À lire aussi : Vous passez en moyenne 1066 jours de votre vie avec la gueule de bois


Suivant notre âge, on va également souffrir différemment de la gueule de bois. Avec les années, à quantité égale d’alcool ingérée, la gueule de bois aurait même tendance à devenir plus supportable et à se raréfier, voire à disparaître complètement, surtout après 60 ans. Chez les hommes, comme chez les femmes.

Ça s’explique comment ?

C’est difficile à déterminer. Comme évoqué ci-dessus, les grands guindailleurs souffrent plus de la gueule de bois que les autres. Or, passé soixante ans, les occasions de boire beaucoup en peu de temps, dans une soirée par exemple, se raréfient. La sensibilité à la douleur diminue aussi avec les années. Le terrain serait donc moins propice aux difficiles lendemains de la veille.

Quelles conséquences l’alcool a sur l’organisme ?

En petite quantité, l’alcool n’est pas mauvais pour la santé, mais il le devient dès qu’on exagère un peu. C’est encore plus vrai chez les plus de cinquante ans, qui sont par exemple plus sensibles à l’ivresse :

  • Passé cinquante ans, la masse musculaire diminue petit à petit, au contraire de la masse grasse qui augmente. Or l’alcool se dilue très mal dans le gras. L’alcoolémie, le taux d’alcool dans le sang, augmente donc plus vite.
  • Avec des conséquences en chaîne sur les neurones, qui sont parfois un peu fragilisés avec l’âge. Ce qui peut donc accélérer les troubles cognitifs.
  • Une alcoolisation importante peut aussi provoquer des variations tensionnelles ou de la tachycardie, ce qui est loin d’être anodin si on souffre déjà de troubles cardio-vasculaires.
  • L’alcool entre en interaction avec pas mal de médicaments… Qui ont tendance à se multiplier avec les années. Il est conseillé de ne pas boire plus de 4 verres par occasion, 3 lorsqu’on a plus de 65 ans. L’idéal est de boire un verre de soft entre deux verres d’alcool. De cette façon, l’estomac se remplit et atteint un sentiment de satiété.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Mon enfant ne mange pas beaucoup : c’est grave docteur ?

La Grande Forme

Échographie : mode d'emploi de cette technique d'imagerie qui emploie des ultrasons

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous